Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Auxiliaires - lutte par acclimatation


Dossier
En usage ponctuel

Actualité publiée le : 15/09/2017 Culture : Arboriculture, Cultures tropicales, Cultures légumières, Horti-PPAM, Viticulture

La lutte biologique par acclimatation consiste à introduire un auxiliaire d’origine exotique dans un milieu colonisé par un ravageur, dans le but qu’il s’y établisse de manière permanente et qu’il y assure une régulation durable des populations du ravageur. L’auxiliaire introduit provient en général de la même aire d’origine que l’espèce nuisible.

Les programmes de lutte biologique par acclimatation sont gérés par des organismes de recherche. Ce sont eux qui sélectionnent les auxiliaires potentiels, qui mettent en œuvre les systèmes d’élevage, qui prennent en charge l’introduction sur le terrain ainsi que les suivis post-lâchers en partenariat avec les acteurs de l’expérimentation. Il s’agit d’un travail de longue haleine.

La lutte par acclimatation d’auxiliaires est une méthode de gestion durable des ravageurs qui ne nécessite pas ou peu d’intervention une fois l’introduction réalisée, la dispersion des auxiliaires s’effectuant ensuite naturellement. Elle peut éventuellement nécessiter un renouvellement des lâchers régulièrement. Les résultats actuels montrent que cette lutte concerne davantage les cultures pérennes car il est nécessaire d’offrir un habitat durable aux auxiliaires. Malgré le travail de recherche mené en amont des lâchers, il est en effet fréquent que les auxiliaires introduits ne parviennent pas à s’établir durablement dans leur nouveau milieu. Quand l’acclimatation est réussie, le succès de la méthode dépend ensuite de la capacité des auxiliaires à réguler suffisamment les populations de ravageurs.

Les effets non intentionnels pouvant potentiellement résulter de l’introduction d’une espèce exotique dans un nouveau milieu, notamment vis-à-vis des espèces non cibles, restent très limités (Van Lenteren et al., 2006). Ils doivent par ailleurs être considérés au regard des risques présentés par la lutte chimique.

Les conditions d’entrée sur le territoire et d’introduction dans l’environnement des macro-organismes non indigènes utiles aux végétaux sont réglementées par le décret n°2012-140 du 30 janvier 2012.



Pour en savoir plus

Article "Lutte contre Pseudococcus viburni en vergers de pommiers"

 

Article "Cynips du châtaignier : un plan national pour la lutte biologique"

Entrée sur le territoire et introduction dans l’environnement de macro-organismes non indigènes - rubrique Réglementation / Mise sur le marché

Partage d'expérience : Quels principaux auxiliaires dans le verger et comment les préserver ? - Site boitagri.com (réseau FARRE)

 

Fiche technique :  auxiliaires en arboriculture - Site boitagri.com (réseau FARRE)

 

Fiche technique : auxiliaires en viticulture - Site boitagri.com (réseau FARRE)

Surveillance et lutte biologique contre les mouches des fruits dans l’océan Indien - site Biodiversité & agriculture dans l'Océan Indien

 

Faune auxiliaire et hyperparasites - site Ephytia

Les insectes entomophages d’intérêt agricole acclimatés en France métropolitaine depuis le début du 20ème siècle - site Wiley Online Library

 

Lutte biologique classique et insectes phytophages - site Inra

 

Acclimatation et dispersion en France de Neodryinus typhlocybae (Ashmead) (Hymenoptera, Dryinidae) introduit pour lutter contre Metcalfa pruinosa (Say) (Hemiptera, Flatidae) - site Inra

 

La Protection Biologique Intégrée contre les insectes ravageurs en cultures maraichères, par l’utilisation de ressources locales et de techniques agroécologiques - Innovations agronomiques n°64, février 2018

Regnault-Roger C. (2005). Enjeux phytosanitaires pour l’agriculture et l’environnement. Editions TEC & DOC-Lavoisier : 497-548.

 

Van Lenteren J.C. (2012). IOBC Internet Book of Biological Control, version 6.

 

Bigler F. (2006). Les invertébrés dans la lutte biologique contre les arthropodes. Phytoma n°591 : 19-23.

 

Borowiec N., Fleisch A., Kreiter P., Tabone E., Malausa T., Fauvergue X., Quilici S., Ris N., Malausa J.C. (2011). Lutte biologique classique et insectes phytophages. Phytoma n°647 : 16-20.

 

Jullien J. (2009). Lutte biologique contre une cochenille australienne polyphage. PHM-Revue Horticole n°512 : 16-19.

 

Quilici S., Duyck P.F., Rousse P., Gourdon F., Simiand C., Franck A. (2005). La mouche de la pêche sur mangue, goyave, etc. A la Réunion, évolution des recherches et des méthodes de lutte. Phytoma n°584 : 44-47.

 

Van Lenteren J.C., Bale J., Bigler F., Hokkanen H.M.T., Loomans A.J.M. (2006). Assessing risks of releasing exotic biological control agents of arthropod pests. Annu. Rev. Entomol. 51:609–34.

 Ouvrage "Protection intégrée des cultures" - AgriProduction Productions végétales et Grandes cultures - Co-édition ACTA - AFPP - Editions france Agricole

Fiche 35 Auxiliaires - lutte par acclimatation