Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Dispositifs de lutte physique contre les oiseaux


Dossier
En usage ponctuel

Actualité publiée le : 02/07/2018 Culture : Viticulture, Cultures légumières, Cultures tropicales, Horti-PPAM, Grande Culture, Arboriculture Source : EcophytoPIC / Auteur : Ph.DELVAL et R.ULRYCH Geco : Mettre en place des effaroucheurs à oiseaux Geco :

Face à la surpopulation de certaines espèces, les exploitants agricoles peuvent être amenés à utiliser des dispositifs et équipements pour tenter d’éloigner les oiseaux des cultures.

Les volatiles ravageurs ont en effet, tendance à picorer les graines durant la période de germination ; les agriculteurs recherchent donc à protéger ces dernières en mettant en place divers dispositifs destinés à effrayer ces indésirables au moment des semis et de la germination.

Parmi ces dispositifs, on peut trouver des effaroucheurs accoustiques… :

- les canons à gaz: le principe repose sur le pouvoir détonant du gaz propane ou butane. Les détonations sont déclenchées automatiquement par un allumage piézoélectrique. La fréquence des détonations est réglable par l'ajustement du débit de la bouteille de gaz. Certains modèles peuvent tirer deux coups successifs à un intervalle aléatoire, ce qui évite l'effet d'accoutumance ;

- la fusée : il s’agit de tirer une « balle à blanc » (amorces 6 mm), qui propulse une fusée détonante, sifflante ou crépitante. L'explosion de l'amorce provoque une première détonation bruyante et propulse la fusée vers les volatiles. Le choc sonore de la fusée fait ensuite fuir les oiseaux. L'alternance entre les différents types de fusées améliore l'efficacité de la lutte ;

- les hauts – parleurs : ils émettent différents cris d'oiseaux en détresse ou de prédateurs. Un mode aléatoire évite les effets d'accoutumance. Il n'est pas recommandé de programmer plus de 4 cris simultanés pour que l'association soit perçue comme plausible.

…mais aussi des effaroucheurs visuels :

- le ballon épouvantail : ce dernier prend la forme d'un ballon sur lequel des motifs réfléchissants représentent les yeux perçants d'un rapace. Le ballon est à fixer sur un mât de 3 à 6 mètres. Ce système a besoin d'être agité par le vent pour être efficace. Pour accentuer les mouvements du ballon, il est conseillé de mettre un ressort entre celui-ci et la ficelle qui le retient au mât ;

- le cerf – volant : le cerf-volant prend la forme d'un rapace noir, avec un bec jaune et une grande envergure. Même par vent faible, il bouge dans tous les sens, en émettant un faible bruit de toile « qui vole au vent ». Toutefois, des précautions doivent être prises pour le positionnement du cerf-volant dans la parcelle (distance des haies, inclinaison en fonction des vents dominants...) ;

- le drone effaroucheur : le parcours du drone est tracé à l’avance. Il décolle automatiquement, suit le chemin tracé sur la carte satellite et revient se poser tout seul à son point de départ ;

- le robot effaroucheur : le robot terrestre effaroucheur fonctionne de manière autonome en lui indiquant un parcours via des points GPS. On peut installer dessus différents systèmes pour effaroucher comme un générateur de sons, des dispositifs lumineux, des formes, etc…

- des banderoles et rubans scintillants : les banderoles, bandelettes, serpentins et rubans brillants, fabriqués en plastique brillant, sont suspendus au-dessus des cultures à protéger. Ils s'agitent au moindre souffle de vent et réfléchissent les rayons du soleil. Vus du haut, ils donnent aux oiseaux l'impression que toute la plantation est en mouvement ;

- des lumières clignotantes et miroirs : certaines espèces d'oiseaux, en particulier les étourneaux, sont effarouchés par le clignotement produit par des lumières ou des miroirs. Les lumières clignotantes ne sont efficaces qu'à l'aube ou au crépuscule lorsque la lumière du jour est faible, et les miroirs, que lorsque le soleil brille. Il est possible d’installer au-dessus des canons au propane rotatifs des miroirs qui donnent aux oiseaux, qui les voient du haut, l'impression que les appareils bougent.

 

En arboriculture, la protection physique directe est possible, le meilleur moyen de protéger les cultures consiste à empêcher physiquement les oiseaux de s'approcher des fruits en recouvrant les plantations d'un filet. Malheureusement, c'est en général la solution la plus coûteuse.

En grandes cultures et cultures de plein champ, il est à noter que le passage d'un rouleau de rappui est utile pour enterrer suffisamment la graine et limiter les tentations pour les corvidés.

Enfin, il est conseillé d’associer plusieurs dispositifs de lutte, afin d’obtenir une meilleure efficacité.



Pour en savoir plus

Article «  Six méthodes pour chasser les oiseaux ». Source : France Agricole, Mai 2010. 

 

Article «  Protégez vos cultures contre les dégâts des oiseaux ravageurs : une nouvelle génération d’épouvantails ». Source : AB Pays de Loire, CA Pays de la Loire, R.MAURICE, Janvier 2008.

 

Article «  Colombidés : quels dégâts sur quelles cultures ? ». Source : Faune Sauvage n°293. Auteurs : N.ROBIN (Arvalis Institut du Végétal – Montardon) et Y.BALLANGER (Terres Inovia – Grignon), 2011.

 

Guide d’identification de quelques espèces d’oiseaux pouvant se rencontrer en milieu agricole. Source : Site Vigie-Nature - http://www2.mnhn.fr/vigie-nature - Dick Daniels (CC BY-SA 3.0) - Jean-Jacques Boujot (CC BY-SA 2.0) - Pierre Selim (CC BY-SA 3.0) - Darkone (CC BY-SA 2.5) - Haha (CC BY-SA 2.0) - Clément Bucco-Lechat (CC BY-SA)

 

Les principaux stades attaqués par culture. Source : Arvalis-infos.fr

Vidéos illustrant le fonctionnement de divers dispositifs effaroucheurs. Source :  Chaîne YouTube Agri ProTech. 2016