Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Juillet-Août 2017




Actualité publiée le : 21/08/2017 Relié aux rubriques : Revue de presse Source : Presse Agricole / Auteur : Mallorie DURIER

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

n°446

 

 

 

 

 

 

L'OBSERVATOIRE

Question d'actu : les conditions initiales du stockage sont-elles essentielles?

Récolte du maïs fourrage : pourquoi et comment récolter au bon stade ?

Marché du lin teillé : une fibre verte et innovante

 

LES INDISPENSABLES

Anticiper

Traitements de semences des céréales à paille : des protections efficaces à adapter aux besoins

Variétés de pois et féverole d'hiver : de beaux espoirs pour 2017

Semis des pois d'hiver : une densité à réévaluer avec le renouveau variétal

Comprendre

Fertilisation organique : des engrais multifonction

Auxiliaires en grandes cultures : des habitats favorables aux sphécides

Protection du tabac : prévenir plutôt que guérir

 

LES INNOVATIONS - Au champ

Aides à la décision : vers une déclinaison au quotidien du modèle CHN

 

LES INNOVATIONS - Dans les tuyaux

Le séquençage des génomes : les 21 chromosomes du blé tendre démêlés

Les brèves

 

AILLEURS

Lutte intégrée contre les adventices : l'Europe se mobilise autour d'un vaste projet

 

DOSSIER : "Blé dur : un concentré de valeurs ajoutées"

Marché mondial : le blé dur français a des places à prendre

Innovations agronomiques et technologiques : la recherche veut redynamiser la filière

Septoriose : un contexte épidémiologique précisé

Virus de la mosaïque : les déterminismes génétiques  de la résistance mieux connus

 

 

n°315

 

 

 

 

 

 

L’ACTU DU MOIS :

Page 10 : Des phytos interdits sur les SIE à compter de 2018

Page 10 : Coop de France s'engage pour le bio français

Page 12 : Le glyphosate divise toujours

Page 16 : Les outils numériques font leur show à la ferme 3.0

Page 16 : Moins de pesticides dans l'eau

Page 17 : Label dans le bâtiment pour les produits biosourcés

 

CULTURES

Page 32 : Des blés rustiques pour économiser en intrants

Page 40 :  La fiche ravageur

Les nématodes du blé

 

GESTION

Page 58 : Choisir ses engrais azotés selon leur rapport qualité-prix

Page 40 :  Des subventions pour implanter des haies

 

DOSSIER : Conseil - l'expertise change de visage

 

 

 

n°242

 

 

 

 

 

 

 

ACTUALITES

Page 6 : Ces chères datas

 

PRODUIRE

Page 12 : La physique au service du vigneron

Page 14 : De nouvelles alternatives aux pesticides

Page 15 : Peu d'incidence du traitement nocturne

Page 16 : Flavescence dorée : sus aux traitements superflus!

Page 17 : Bien utiliser les engrais foliaires

Page 31 : Le murmure des végétaux

 

 

n°333

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Page 6 : RENCONTRE TECHNIQUE CTIFL/ITAB FRUITS BIOLOGIQUES - AMÉLIORER LA DURABILITÉ DES EXPLOITATIONS

Cette 8e édition, coorganisée par le Ctifl et l’Itab, a réuni plus de 150 participants et a permis de faire le point sur les dernières connaissances scientifiques et techniques. Ainsi, les techniques de gestion du rang et fertilisation bio, notamment sur jeunes vergers, faisaient partie des thématiques majeures de la journée. Les dernières connaissances sur la gestion des bioagresseurs, tels que la tavelure, le campagnol, le carpocapse, la mouche du brou ou encore le puceron, ont été abordées par des méthodes de lutte directe associées à une régulation naturelle par le maintien complexe d'équilibres biologiques. Cette journée a permis aussi de présenter de nouvelles technologies au service de l’AB et de faire le point sur le marché des fruits frais en AB, la consommation et le développement de nouvelles filières fruitières en bio.

Muriel MILLAN (Ctifl) - M. BRACHET

Page 9 : BRÈVES

Brèves

J. BLOCH BERTHIE

Page 10 : PRODUCTION DE TOMATE AU BÉNIN - ÉTAT DES LIEUX ET PISTES D’AMÉLIORATION

Mi-octobre 2016, une délégation de quelques membres de producteurs de Légumes de France (avec le Ctifl) s’est rendue au Bénin. Cette mission a permis de rencontrer les différents acteurs de la filière, de connaître la situation politique, économique et sociale béninoise, de découvrir les problématiques des cultures maraîchères et de réaliser un rapport d’expertise. Il s’agissait de déterminer les potentialités d’une coopération et d’évaluer les éventuels obstacles. Des professionnels maraîchers béninois organisés en Groupement d’intérêt économique (GIE) étaient à l’initiative de cette demande auprès de leurs homologues français. Leur objectif : s'implanter sur le marché sud-saharien. Infos-Ctifl reprend les grandes lignes du rapport d’expertise et se focalise sur la situation de la production de tomate et présente les différentes pistes d’amélioration.

Serge LE QUILLEC (Ctifl)

Page 19 : LE PLANNING DE MATURITÉ - PÊCHES ET NECTARINES 2016

Le planning de maturité - Pêches et nectarines 2016

Christian HILAIRE (Ctifl) - J. RUESCH - Y. MONTROGNON - N. COURTHIEU - P. BLANC

Page 26 : LE CONSENTEMENT À PAYER POUR LES PRODUITS DE FRAÎCHE DÉCOUPE

Une étude a été menée pour explorer le consentement à payer pour des produits de Fraîche découpe (FD) auprès de 500 clients pour l’ananas et 500 autres pour la carotte râpée, le poireau et le champignon émincé. Elle a été réalisée en conditions réelles dans quatre magasins disposant de cette offre. Les résultats montrent la grande dispersion de la valeur perçue de cette dernière par les interviewés. On distingue parmi eux les non-acheteurs absolus (entre 13 % pour l’ananas et moins de 5 % pour les légumes), les non-acheteurs relatifs qui resteraient à convaincre et une courte majorité d’acheteurs intéressés. L’enquête montre également que les acheteurs ont un consentement à payer inférieur si l’offre est préparée en réserve ou encore moins si elle est préparée par un prestataire extérieur.

Danièle SCANDELLA (Ctifl) - Y. GRACIOT - S. COSTA - L. SIRIEIX

Page 32 : LES PRÉFÉRENCES GUSTATIVES DES ENFANTS SUR DES POMMES DE PETIT CALIBRE

Dans le cadre du projet Ctifl Pom’enfant visant à cerner les attentes gustatives des jeunes consommateurs de 7 à 11 ans, un test complémentaire, à la demande des professionnels, a été réalisé avec des variétés de pommes de petit calibre de 55 à 65 mm afin de connaître les préférences gustatives sur ces variétés. Neuf d’entre elles recouvrant l’espace produit pomme « petits calibres » ont été proposées à la dégustation. Globalement le produit « petite pomme » est bien apprécié des jeunes consommateurs qui donnent des notes de satisfaction gustatives élevées. Les variétés plébiscitées sont : Rockit®, Story®, Pink Lady®, Ariane, et Jazz®. Sur le plan visuel, leur choix est quasi unanimement la variété Issaq®, puis vient la Golden. La segmentation consommateurs différencie quatre groupes, avec une dominante « douces-sucrées », sans profond rejet des variétés légèrement acidulées tout en restant assez croquantes.

Pierre VAYSSE (Ctifl) - Patrick REYNIER (Ctifl) - Sandrine CODARIN (Ctifl) - Aurore MERY (Ctifl) - M. LIZA

Page 41 : CONDUITE DU POMMIER AXIMUM©, MUR FRUITIER - LES ENJEUX DES FORMES ÉTROITES

La culture du pommier est en quête de nouvelles performances techniques et économiques. Pour atteindre ces objectifs, le Ctifl teste de nouvelles conceptions de vergers basées sur des haies fruitières plus hautes, plus étroites et plus homogènes. Ces dispositifs sont parfaitement adaptés aux productivités élevées et à la production de fruits de qualité. La maitrise des haies fruitières de faible épaisseur durant toute la vie du verger facilite les travaux de taille, d’éclaircissage, de récolte, d’application des produits phytosanitaires, l’utilisation de certains outils d’aide à la décision et ouvre des perspectives nouvelles de mécanisation.

Sandrine CODARIN (Ctifl) - Laurent ROCHE (Ctifl)

Page 50 : QUALITÉ ET CONSERVATION DE LA PRUNE GRENADINE (COV) - PREMIERS ENSEIGNEMENTS DES ESSAIS DU CEFEL

La nouvelle variété de prune Grenadine(cov) a fait l’objet d’essais de conservation au Cefel depuis 2014. Un stockage en froid normal permet de ralentir l’évolution des fruits et notamment la perte de fermeté, mais celle-ci chute rapidement après retour à température ambiante pour des durées de conservation supérieures à 3-4 semaines ; on observe également une dégradation de la texture de la chair, une perte de jutosité importante, et l’apparition de vitrescence dans certains lots au-delà de 6-7 semaines de stockage, accentuée par des récoltes trop précoces. Le traitement au 1-MCP (SmartFreshSM) permet d’enrayer cette dégradation de la chair et de maintenir la fermeté, tandis que l’atmosphère contrôlée aurait un effet plus limité.

Pascale WESTERCAMP (Ctifl) - G. MONTEILS

Page 54 : ÉVOLUTION DU PARC DE SERRES CHAUFFÉES EN TOMATE ET CONCOMBRE - RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE CTIFL 2016

L’étude menée en 2016 par le Ctifl a permis de réactualiser les données obtenues en 2006 et 2011 concernant le parc de serres maraîchères en France au niveau des pratiques énergétiques et des équipements. La part de l’énergie dans les charges de production directes des exploitations de cultures sous serres chauffées reste toujours importante, en moyenne de 23 %. La consommation d’énergie attribuée au chauffage et à l’électricité (hors éclairage) sur l’ensemble du parc de serres chauffées en maraîchage (pour 1 081,6 ha) est de 3,3 TWh, soit 283 ktep. Cette nouvelle étude permet également de constater la mise en place de nombreuses cogénérations et de nouveaux types de serres : serres semi-fermées et serres avec déshumidification active. Enfin, des disparités importantes existent toujours entre les bassins de production, notamment au niveau de la dynamique de construction.

Ariane GRISEY (Ctifl) - Eric BRAJEUL (Ctifl) - M. DECKER

Page 60 : CONDUITE DU CONCOMBRE SUR FIL HAUT - ÉVALUATION TECHNICO-ÉCONOMIQUE ET AGRONOMIQUE DE LA CULTURE

Le potentiel de la conduite innovante du concombre palissé sur fil haut a été évalué sur le centre Ctifl de Carquefou pour la campagne 2015-2016 en comparaison d’une culture classique. Au travers des avancées technologiques et de la compréhension grandissante du fonctionnement physiologique de la plante dans son environnement, ce mode de conduite devient attractif pour les producteurs de concombre sous serre verre chauffée. Une analyse technico-économique de cette conduite en conditions de production est encore nécessaire avant d’envisager le déploiement de la technique au niveau professionnel.

Serge LE QUILLEC (Ctifl) - V. TRUFFAULT - Eric BRAJEUL (Ctifl) - D. LESOURD - D. LODA - I. GERONDEAU

 

 

n°77

 

 

 

 

 

 

TECHNIQUE :

Page 8 - Expérience : Olivier Chaloche, Loiret : bientôt 30 ans en agriculture bio.

Page 12 - Pendillards : En traitant sous la culture, pas d'effet parapluie.

Page 16 - Modulation intraparcellaire du semis de maïs : optimiser le potentiel de chaque sol.

Page 18 - Mosaïques de l'orge brassicole : Seul le rendement au champ est réellement affecté.

 

DOSSIER

Page 34 : Réduire le stock semencier - un marathon payant.