Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Octobre 2017




Actualité publiée le : 02/11/2017 Source : Presse agricole / Auteur : Ph DELVAL

 

 

 

 

 

 

N°448

 

 

 

 

 

 

L'OBSERVATOIRE

Question d’actu : Comment réduire les risques liés à la présence de pucerons vecteurs de la JNO ?

L’imidaclopride, insecticide de la famille des néonicotinoïdes, représente actuellement le recours le plus efficace, sans équivalent, pour se protéger contre les pucerons vecteurs de la jaunisse nanisante de l’orge (JNO). En l’absence de cette famille d’insecticides, Nathalie Robin, spécialiste de la lutte contre les ravageurs chez Arvalis, évoque des alternatives envisageables.

LES INDISPENSABLES

Agir

Blé tendre d’hiver : semis décalés, adventices réduites !

En matière de désherbage, il faut appliquer les solutions herbicides dans les meilleures conditions, c’est-à-dire sur des populations d’adventices réduites au maximum. Les derniers essais d’Arvalis confirment que retarder la date de semis du blé tendre d’hiver réduit fortement les populations de vulpin et ray-grass sans compromettre les intérêts économiques.

Récolte du maïs : préserver l’intégrité du grain et sa qualité sanitaire

La récolte est déterminante pour assurer la qualité technologique autant que sanitaire des grains de maïs. Voici quelques mesures simples contribuant à réduire les fissures et les contaminations.

Comprendre

Risque Aphanomyces sur pois : la prévention est incontournable

Aucune mesure curative n’existant à ce jour, l’Aphanomyces peut compromettre durablement la culture du pois sur certaines parcelles. La gestion du risque, indispensable, passe par des mesures préventives. Le choix des légumineuses de la rotation est déterminant.

LES INNOVATIONS - Au champ

Lutte agronomique contre les adventices du blé tendre : le binage à l’appui du désherbage chimique

En cas de résistance avérée aux deux modes d’action de sortie d’hiver, passer la bineuse en sortie d’hiver améliore-t-il l’efficacité du désherbage chimique d’automne ? Deux essais d’Arvalis menés dans des contextes très différents tentent d’apporter des éléments de réponse.

DOSSIER "Diversification: desfilières locales aux marchés de masse"

Les cultures « de niche », présentes sur des petits marchés, comme les lentilles, le millet, le lupin ou encore le chanvre, peuvent apporter de la diversité dans les rotations ; de même que les cultures « classiques » mais nouvelles à l’échelle de l’exploitation, voire de la région.

 

 

 

 

 

 

Combattre le greening des agrumes : une combinaison de moyens

Le greening des agrumes, ou maladie de HuangLongBing (HLB) ou maladie du Dragon Jaune est une maladie bactérienne d’origine asiatique, transmises par des insectes vecteurs. La recherche pour la combattre est très active. Une combinaison de moyens est nécessaire pour en limiter l’impact.

 

N°707

 

 

 

 

 

 

Signalement
9/ Identification d’un mystérieux diptère - par A. Lhoste-Drouineau

Une étrange mouche était observée depuis 2009 sur la station Astredhor Méditerranée Scradh, à Hyères (Var) sur pivoines. Ayant réussi à capturer des spécimens en 2017, le Scradh les a envoyés au LSV de l’Anses qui a identifié l’espèce comme Dorycera grandis. C’est son premier signalement officiel en France. Consommatrice de pollen et de déjections d'autres insectes, l’espèce pourrait se montrer utile aux végétaux.

Alerte
44/ Dégâts causés par C. marshalli sur des pélargoniums en Algérie - par Y. Guenaoui, F.-Z. Rekad et Z.-E. Labdaoui

Des dégâts importants sur Pelargonium peltatum (nom populaire : géranium lierre) ont été observés par des particuliers sur un plant acheté début juin 2017 près d’Alger.

Sur le métier
47/ Ene Leppik, spécialiste en écologie chimique - par C. Urvoy

À l’Inra de Versailles, Ene Leppik étudie les molécules émises par les cultures et leurs effets sur le comportement des ravageurs. Son objectif ? Se servir de ces composés organiques volatils comme moyen alternatif de lutte contre des ravageurs, tels que la pyrale du maïs ou la bruche de la féverole. De quelle façon ? En focalisant le ravageur sur une partie de la parcelle ou encore en réalisant des piégeages massifs.

Dossier "Ravageurs et Auxiliaires"

11/ Avant-propos, par M. Decoin

12/ Interaction trophique entre le colza et la limace grise 
par M. Charrier, M. Tamine, C. Jonard et M. Van Der Linde

21/ Impact d’un diamide sur les ennemis des ravageurs du maïs 
par R. Rouzes, D. Pinson et L. Barbalonga

26/ Pyrale du maïs : détecter les composés organiques volatils 
par E. Leppik, C. Pinier, M. Granger, J.-B. Thibord et B. Frerot

30/ Ponte de Drosophila suzukii : une affaire de goût et d’odorat 
par S. Lebreton ET B. Prud’homme

34/ Une noctuelle américaine envahit l’Afrique 
par J.-F. Germain, G. Goergen, P. Reynaud et P. Silvie

38/ Lutte contre le carpocapse des pommes dans l’ouest canadien 
par C. Nelson, traduction d’A.-I. Lacordaire

 

N°335

 

 

 

 

 

 

JOURNÉE NATIONALE BIODIVERSITÉ ET AMÉNAGEMENTS AGROÉCOLOGIQUES EN ARBORICULTURE - FAVORISER L’INTÉGRATION DE LA BIODIVERSITÉ DANS LES EXPLOITATIONS - Jean-Michel RICARD (Ctifl), P. 6-8

Cette manifestation, coorganisée par le Ctifl et l’IFPC (Institut français des productions cidricoles), a réuni près de 160 personnes dont des conseillers techniques, des expérimentateurs, des chercheurs, des producteurs et des distributeurs des filières fruits et légumes. La thématique générale portait sur la biodiversité et les services qu’elle rend dans les agrosystèmes, notamment la régulation naturelle des bioagresseurs en vue de la réduction des intrants phytosanitaires et sur les aménagements pour la favoriser. Riche en informations diverses, elle a été le lieu de contacts et d’échanges montrant ainsi des perspectives encourageantes pour les filières des fruits et légumes mais également en tissant les liens pour de nouvelles collaborations entre les différents acteurs.

RENCONTRE TECHNIQUE SCLEROTINIA - UN PARASITE SOUS HAUTE SURVEILLANCE - François VILLENEUVE (Ctifl), P. 9-12

La rencontre technique « Sclerotinia », organisée conjointement par le Ctifl et le Gis PicLég, a été l’occasion de faire le point sur la situation de ce redoutable pathogène à travers les derniers résultats obtenus par la recherche française pour une soixante de participants. Une part importante des communications est issue du projet collaboratif Sclérolég soutenu par le Casdar et labellisé PIClég, mis en oeuvre en 2014 et se finissant cette année.

LA BACTÉRIE XYLELLA FASTIDIOSA - ÉTAT DES LIEUX ET DES CONNAISSANCES - M. BRACHET - B. POLTURAT - F. BERNARD - F. POLIAKOFF, P. 26-29

Récemment détectée en Italie, en France, en Allemagne et en Espagne, la bactérie Xylella fastidiosa s’attaque à de nombreuses espèces végétales, sauvages comme cultivées. Elle est transmise par des insectes piqueurs-suceurs encore mal connus en Europe. Sur vigne, cette bactérie est responsable de la maladie de Pierce qui sévit aux États-Unis depuis la fin du XIXe siècle, et a connu plusieurs épisodes épidémiques de grande intensité, notamment dans les années 90 en Californie. Ainsi, le coût économique directement lié à la perte de récolte des vignerons californiens était estimé à 56 millions de dollars pour la seule année 2012. Les enjeux environnementaux, économiques et sociétaux pour les professionnels des filières de cultures pérennes sont considérables.

LE RÉSEAU DEPHY EXPE EN CULTURES LÉGUMIÈRES - UN PREMIER BILAN À MI –PARCOURS - Cathy ECKERT (Ctifl) - M. ROUGIER - N. CHARTIER - A. HOUDIN, P. 30-39

En 2012 et 2013, onze projets DEPHY EXPE légumes ont démarré pour une durée moyenne de 5 à 6 ans dans l’objectif d’élaborer des systèmes de cultures économes en produits phytosanitaires. Un bilan à mi-parcours a été réalisé dans le cadre du réseau DEPHY afin de mettre en avant les principaux acquis techniques transférables et d’identifier les points de blocages techniques et méthodologiques ou lacunes de connaissances encore existant pour la filière. Au-delà des résultats techniques obtenus, ce bilan montre que la filière légumes s’est appropriée la méthodologie système et a initié des systèmes de culture économes sans dégrader de manière rédhibitoire leurs performances techniques. Il reste à renforcer l’approche sur l’évaluation de leurs performances économiques et environnementales.

 

N°317

 

 

 

 

 

 

 

CULTURES

Dérive administrative sur les zones de non traitement

Au bord des points d’eau, les zones de non traitement de produits phytosanitaires s’étendent au-delà des ZNT obligatoires. Leurs modalités d’application peuvent différer selon les départements. Éclairage sur des mesures administratives qui sont parfois encore en discussion.

38 Virus de la JNO et pucerons jouent la complexité

40 LA FICHE ADVENTICE La stellaire intermédiaire ou mouron des oiseaux

 

N°244

 

 

 

 

 

 

Xylella fastidiosa, soyez vigilants

La sous-espèce de la Xylella fastidiosa responsable de la maladie de Pierce sur vigne a été détectée cet été en Europe. Une grande vigilance est de mise pour éviter toute contamination en France.

Les paillages, une fausse bonne idée?

De plus en plus de vignerons expérimentent les mulchs ou paillages, comme alternatives au désherbage chimique. Mais cette solution est-elle aussi intéressante qu’il n’y paraît? Est-elle facile à mettre en oeuvre? Tous les paillages se valent-ils? Les réponses des experts et des vignerons.

 

 

 

 

 

METIER

Laurie Castel : « La diversification des espèces au sein d’une parcelle permet d’augmenter la biodiversité »

Laurie Castel est responsable de la plate-forme des techniques alternatives et biologiques (TAB) à la chambre d’agriculture de la Drôme.

ARBORICULTURE

Quinze variétés tolérantes de pommes en évaluation

Agroscsope, en Suisse, cherche à créer des variétés de pommiers plus résistants aux maladies.

Arboriculture : les atouts de l’enherbement

L’enherbement sur le rang a de nombreux atouts dans une zone où le campagnol est maîtrisé. Plusieurs expérimentations en cours donnent des références aux arboriculteurs pour choisir des enherbements adaptés.

LEGUME

Légumes: les usages orphelins mobilisent

Complexe, l’organisation du dispositif usages orphelins pour les cultures légumières est pourtant indispensable pour disposer de moyens de protection nécessaires à la production.

Salade : la lutte contre la fusariose à l’essai

Les premiers essais pour contrer la fusariose de la salade ont été conduits en 2016 et renouvelés en 2017. La solarisation tire nettement son épingle du jeu.

Les modes de destruction des engrais verts

Des essais du Ctifl de Carquefou montrent l'impact du mode de destruction des engrais verts sur la vigueur et la qualité sanitaire de choux fleurs. La destruction par occultation pourrait être un bon compromis.

PPAM 

Kévin Debregeas : « Le couvert végétal limite le dépérissement de la lavande »

Depuis 1987, les lavandes et lavandins subissent des attaques du phytoplasme du Stolbur, transmis par la cicadelle Hyalesthes obsoletus. Les plantes atteintes jaunissent, se dessèchent et finissent par mourir. Un ancien essai de la Chambre d’agriculture de la Drôme portant sur la lutte contre l’érosion dans les lavanderaies, a montré que l’enherbement limitait les symptômes de ces attaques. D’autres techniques alternatives sont testées avec l’aide de producteurs, et avec les organismes de développement de la filière (CRIEPPAM et ITEIPMAI principalement).