Binage sur céréales pour limiter l'utilisation d'intrants

Année de publication 2014
  (mis à jour le 03 déc 2019)
Source : 
Ecophyto
Binage sur céréales pour limiter l'utilisation d'intrants

Dans le cadre du pôle de compétitivité Vitagora, les acteurs des régions Bourgogne Franche-Comté ont choisi d’innover pour produire autrement.

Depuis 2010, les coopératives de l’inter-région, les chambres d’agriculture, les instituts techniques, les collectivités locales mais aussi la recherche se sont rassemblés autour du projet PIAE-Artémis.

Sur la station d’essai pluriannuelle de Fromenteau, en Côte d’Or, une technique culturale de précision permet de limiter l’utilisation des intrants sur les céréales : le désherbage mécanique ou binage.

Sur l'exemple de la culture du blé, plusieurs conditions sont nécessaires pour optimiser l'emploi de la bineuse : préparer l'intervention dès le semis, intervenir sur de jeunes adventices (dès le stade 3 feuilles du blé) et tenir compte de la matière organique. L'application à la sortie d'hiver est aussi possible au stade épis 1cm du blé environ.

Cette technique peut s'adapter à tout système d'exploitation. En conventionnel, il est nécessaire de mettre en œuvre d'autres mesures agronomiques telles que le labour, retarder la date de semis et créer un faux-semis. L'agriculteur doit définir une stratégie de désherbage qu'il adapte à son système d'exploitation, son sol et le type de culture. Le binage en conventionnel engage l'agriculteur à faire des suivis plus réguliers de ses parcelles et aussi à prendre en compte la météo avant et surtout après le binage.

Un binage réalisé dans de bonnes conditions et avec des efficacités correctes peut réduire les charges de désherbage de 30 à 50€/ha par rapport à l'emploi d'herbicides.