Concilier sauvegarde des abeilles et enjeux ECOPHYTO - Zone Atelier Plaine et Val de Sèvres

Céréales à paille
Colza
Lins
Maïs grain / Sorgho
Protéagineux
Tournesol
Année de publication 2019
  (mis à jour le 29 oct 2020)
Source :  Cellule d'Animation Nationale DEPHY
Auteur :  Fabrice ALLIER – ITSAP
Réferences : 
Fiche système DEPHY EXPE - Septembre 2019
Concilier sauvegarde des abeilles et enjeux ECOPHYTO - Zone Atelier Plaine et Val de Sèvres

[DEPHY EXPE] - Projet DEPHY-Abeille

Mots clés : Insectes pollinisateurs – Réduction couplée azote/herbicide – Flore messicole – Couverts d’interculture – Régulation biologique

separateur_vert

Le projet DEPHY-Abeille a été mené de 2013 à 2017 avec pour objectifs de créer un réseau de systèmes de grandes cultures innovants, économes en pesticides et favorables aux abeilles (co-construction, mise à l’épreuve et évaluation). 

L'apiculture en plaine de grandes cultures est parfois paradoxale, à la fois dépendante de ressources issues des espèces cultivées (miellées de colza et tournesol) et contrainte de subir les pressions issues des pratiques réalisées sur ces cultures (ressource alimentaire pour les insectes pollinisateurs peu diversifiée et peu abondante en dehors des grosses miellées, exposition des abeilles à des substances toxiques).

C’est dans le but de mieux comprendre et préserver l'apiculture en plaine céréalière et de concilier les enjeux des différentes productions d'un territoire, que l’expérimentation DEPHY-Abeille a vu le jour dans la plaine de Niort. Le réseau d’expérimentation DEPHY-Abeille s’est construit sur la base du volontariat d’exploitants céréaliers de la Zone Atelier Plaine et Val de Sèvre (79). Neuf exploitants se sont ainsi engagés en 2014 à modifier leurs pratiques sur une partie de leur parcellaire dans le but : 

  • D’augmenter la ressource alimentaire pour les abeilles en période de disette ;
  • De limiter le risque d’exposition de ces dernières à des substances toxiques.

 Ainsi différents systèmes de cultures sont testés, avec différents modes de conduites (agriculture de conservation, conventionnel) , utilisant différents types de couverts.


Leviers mobilisés

Toutes cultures confondues, le principal poste contributeur à l’IFT est le poste herbicide. La stratégies de gestion des adventices est donc le principal levier sur lequel les exploitants sont amenés à apporter des modifications dans le cadre de l’expérimentation DEPHY-Abeille. Il leur est en effet proposé de favoriser une flore spontanée mellifère au sein de leurs parcelles en production. 

 

Principaux résultats et enseignements

Les changements de pratiques réalisés au sein des zones EXPERIMENTALES du dispositif sont essentiellement des réductions de doses d’azote apportées et des réductions dans les interventions phytosanitaires.

A l’échelle du réseau peu de parcelles ont exprimé une flore mellifère et les performances en terme de diminution des IFT sont plus faibles que celles fixées initialement par l’expérimentation. Ces résultats sont cependant à nuancer compte tenu de l’hétérogénéité des systèmes de référence du réseau expérimental et de l’intensité des changements de pratiques plus ou moins importants entre chacune des parcelles du réseau.

Des relevés ont permis de caractériser l’attractivité de différentes cultures et flores spontanées vis-à-vis des différentes classes d’insectes pollinisateurs observées (abeilles mellifères, abeilles sauvages, bourdon, papillons, syrphes : voir fiche SYSTEME) et d'identifier différents leviers permettant de limiter l'exposition des pollinisateurs aux phyto (respecter seuils d'intervention, observation accrue pour intervenir en cas de risque avéré, respecter la réglementation en vigueur ainsi que les messages BSV et les notes nationales, faire le choix des molécules les moins toxiques en étant attentif aux potentiels effets sublétaux et effets « cocktails).

Afin d'améliorer ces systèmes et préserver les pollinisateurs, raisonner à l’échelle de l’exploitation et non plus du système de culture est davantage pertinent, voire à l'échelle paysagère (plus complexe mais bénéfique pour les services agro-écologiques). A l'échelle du système, l’effet sera plus important si l’expérimentation s’appuie sur une reconception totale du système en intégrant en amont les différents objectifs proposés, contrairement à des ajustements (à la marge) des itinéraires techniques.

 

Zoom sur …

  • Comment se passer d’enrobage de semences insecticide à base de néonicotinoïdes sur céréales ?
  • Comment penser et gérer un couvert d’interculture qui soit bénéfique à mon système et aux abeilles ?