Gestion collective de la lutte

Vigne
Cultures tropicales
Arboriculture
Année de publication 2013
  (mis à jour le 03 déc 2019)
Source : 
Gestion collective de la lutte

Bien menées, les luttes collectives doivent permettre de diminuer la pression de certains bio-agresseurs des cultures par une combinaison de différentes méthodes de surveillance et de luttes alternatives (physique, biologique) voire chimiques si nécessaires.

Lorsque cet objectif est atteint et en s’appuyant sur une analyse de risque favorable, dans le cas où des moyens de protection chimique sont employés, des réductions du nombre d’applications de ces spécialités peuvent être envisagées. C’est le cas par exemple dans le cadre de la lutte contre la flavescence dorée en viticulture : selon le niveau de risque, certains des 3 traitements obligatoires pourront être supprimés. Les conditions d’aménagement de la lutte sont définies par des commissions départementales.