Quantification de la bouillie phytosanitaire interceptée par le végétal - Méthodologie et premiers résultats

Cultures légumières
Année de publication 2008
  (mis à jour le 03 déc 2019)
Source : 
InfosCTIFL
Auteur :  Loquet B., Zavagli F., Gleizer B.
Réferences : 
Num 240 p38-42
Quantification de la bouillie phytosanitaire interceptée par le végétal - Méthodologie et premiers résultats

Lors des applications de produits phytosanitaires, une zone non traitée (ZNT) d’un minimum de 5 m doit être respectée en bordure des cours d’eau. Des études sont menées par le Ctifl en partenariat avec les stations régionales, Cemagref, IFV, Arvalis, Bayer Crop Science, St-Gobain Céramiques avancées Desmarquest, pour tester et valider des moyens qui permettent de réduire significativement la dérive. En parallèle à cette validation, des travaux sur la qualité de pulvérisation sont conduits. La quantification des dépôts de pulvérisation sur les feuilles des arbres ainsi que sur des collecteurs artificiels a montré des résultats intéressants. Les dépôts de bouillie phytosanitaire et l’analyse de leur distribution révèlent que les buses à limitation de dérive permettent une interception de la pulvérisation par le végétal plus importante que les buses dites « standard ».