Soumis par Anonyme (non vérifié) le mar 08/08/2017 - 10:53

Crédit photo : Système de solarisation sous abris - © INRA   Informations initialement issues du Guide pratique pour la conception de systèmes de culture légumiers économes en produits phytopharmaceutiques (2014) / Fiche technique T8.   Principe : La solarisation est une technique culturale qui consiste à désinfecter les couches superficielles du sol (30 cm) pour détruire certains bioagresseurs par la mise en place d’un film plastique permettant une élévation de la température (jusqu’à  40°C à 50°C ou plus sous abri) grâce au rayonnement solaire. C’est alors grâce à la chaleur que des bioagresseurs telluriques et des adventices peuvent être maitrisés. Elle est surtout pratiquée pour des cultures sous serre et est une alternative au désherbage chimique (glyphosate avant culture par exemple). Le sol doit être préalablement préparé comme pour un semis ou une plantation et bien humidifié pour assurer la conduction de la chaleur. Un bon contact entre le sol et le film plastique est nécessaire. Lors de l’installation, il est impératif d’avoir au moins 3 jours consécutifs ensoleillés pour une élévation rapide de la température et pour éviter le développement de certaines adventices. Il faut laisser le film plastique en place pour une durée minimale de 45 jours pour les cultures sous abri et de 60 jours pour les cultures en plein champ. La solarisation ne peut être envisagée que dans des parcelles qui ne sont pas cultivées pendant l’été pour une durée suffisante.   Matériel et conditions nécessaires pour la mise en œuvre :   Le plastique utilisé doit être transparent, en polyéthylène de 30 à 50 μm d’épaisseur, non perforé, traité anti-UV et résistant à 700 heures d’ensoleillement (spécial solarisation). La largeur du plastique doit être celle du tunnel, plus 50 cm. En plein champ, des bâches de 3,60, 4,70 ou 5,80 m peuvent être utilisées. Quant aux conditions de mise en œuvre, le sol doit être travaillé sur 25 à 30 cm de profondeur avec une structure fine et régulière (passage de sous-soleuse, rotobêche, rotavator ou herse rotative). Le passage d’un rouleau à la fin permet de tasser le sol et de l’aplanir pour optimiser le contact avec le paillage plastique. Le sol doit rester humide pendant toute la durée de la solarisation. Un arrosage par aspersion permettant de faire le plein en eau du sol sur 50 cm de profondeur (quantité en fonction du type de sol) doit être réalisé avant pose du plastique. Une fois le sol préparé et humide, la bâche plastique peut être posée. Elle doit être bien tendue et plaquée au sol. Une courte aspersion après la pose permet un meilleur plaquage du plastique. Afin d’empêcher la pousse des mauvaises herbes, il faut éviter les passages d’air sous le plastique et les creux dans le sol. Pour avoir une montée rapide en température, laisser les serres fermées pendant quelques jours en évitant cependant les trop fortes températures qui pourraient endommager les équipements et notamment certaines installations d’irrigation. Pour cela, laisser  par exemple une aération au faîtage (environ 20 cm) afin d’avoir un effet « cheminée ».  Les abris  ne doivent pas être blanchis. . Après la solarisation, il faut débâcher le plus près possible de la remise en culture. Le sol doit être travaillé superficiellement (maximum 10 cm) pour éviter la remontée des couches de sol avec des bioagresseurs et des adventices qui n’ont pas pu être détruits par la technique. La solarisation stimulant la minéralisation de la matière organique, il est conseillé de contrôler la teneur d’azote dans le sol et d’ajuster en conséquence la fertilisation azotée. Exemple de mise en oeuvre : Mise en place de solarisation sous grand abri plastique ( exemplé tiré des expériences ctifl : "Désherber les abris plastiques autrement - La solarisation dans l’ouest de la France". cf. bibliographie ou voir lien )

URL
http://www.geco.ecophytopic.fr/geco/Concept/La_Solarisation