Soumis par Anonyme (non vérifié) le lun 28/11/2016 - 15:49

Crédit photo : Unilet   Le principe : La bineuse est un outil de désherbage mécanique travaillant dans l’inter-rang des cultures sarclées déjà implantées. Elle agit en coupant ou arrachant les adventices et en remuant la terre dans les inter-rangs. Elle permet aussi de décroûter et de butter, selon les différents éléments bineurs utilisés. Les bineuses à doigts ou moulinets sont adaptées pour intervenir sur le rang. La bineuse est efficace sur un large spectre d’adventices (graminées et dicotylédones annuelles) de la levée jusqu’à des stades de développement avancés (voir page 2 Bineuse, CUMA Ouest). Elle n’est pas efficace contre les vivaces car sa profondeur de travail est trop faible. Contrairement à la houe et à la herse étrille, elle permet d’en ralentir la croissance mais risque de générer des bouture de rhizomes. Elle constitue une alternative à l'usage d'herbicide en culture. Il est possible de biner après que la culture ait complètement levé et que les rangs soient visibles ou dès la levée des adventices, avant que la culture ne dépasse la hauteur du porte-outil. Un binage avant que la culture n'est levée est possible s'il bénéficie d'un guidage RTK.   Conditions de réussite : Pour réussir son désherbage avec la bineuse, il est important de soigner le nivelage du sol au semis ou plantation afin d’éviter les mottes et les levées hétérogènes. Le sol doit être plat, rappuyé et suffisamment ressuyé sans qu’il soit trop sec. Elle est moins efficace en cas de présence trop importante de résidus de culture. La présence de débris végétaux altère peu l'efficacité de l'outil alors que la présence de cailloux diminue l’efficacité. L’intervention doit impérativement être suivie d’un ou deux jours de temps sec et ensoleillé pour assurer la dessiccation des adventices arrachées.   Matériel : Les éléments bineurs (1 par inter-rang) sont fixés à une poutre centrale mais sont indépendants et peuvent être réglés à différents écartements. Ces éléments comportent une à cinq pièces travaillantes, dont le type détermine l'agressivité et l’action sur le sol et les adventices. Il en existe une grande variété (voir La bineuse, ARVALIS-Institut du végétal) et peuvent être combinés. Des protège-plants peuvent être utilisées lors de binages à des stades jeunes de la culture afin d’éviter le recouvrement du rang. Les bineuses peuvent aussi être équipées d’un système de guidage (guidage manuel, bineuse frontale, par caméra, par satellite, …), qui permet un confort, une précision du travail et des débits de chantier supérieurs. Il est indispensable en céréales. La largeur de travail doit être la même que celle du semoir ou de la planteuse afin de faciliter le guidage et la précision de travail. L’agressivité de la bineuse est définie par : La rigidité des dents sur lesquelles sont fixés les socs et la profondeur de travail du sol : plus les dents sont rigides, plus elles pénètrent dans le sol. La profondeur doit être comprise entre 2 et 6 cm. Le réglage se fait grâce à la roue jauge disposée sur chaque élément bineur. Le type de soc utilisé L’angle de pénétration du soc : plus le soc pénètre verticalement le sol, plus le travail est profond et davantage de terre est remuée avec une action favorable sur la croûte de battance et risque de faire remonter à la surface de nouvelles graines d’adventices. La vitesse conseillée oscille entre 3 km/h au cours du premier passage (stades jeunes de la culture) et 10 km/h pour les passages plus tardifs. Avec des systèmes autoguidés il est possible d'avancer à 14 km/h.

URL
http://www.geco.ecophytopic.fr/geco/Concept/Pratiquer_Le_Desherbage_Mecanique_-_Binage