Soumis par admin_smile le lun 28/11/2016 - 15:48

(image en en-tête : champ de sarrasin; auteur :Jose.brenner; licence :(CC BY-SA 3.0))   Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Dijon (21) Régis Wartelle Chambre Régionale d'Agriculture de Picardie r.wartelle(at)picardie.chambagri.fr Amiens (80) Grégory Véricel INRA Gregory.Vericel@toulouse.inra.fr Auzeville (31) Marie-Hélène Bernicot INRA marie-helene.bernicot@dijon.inra.fr Bretenière (21) Contributeurs initiaux (Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @) Implanter des cultures intermédiaires connues pour leur capacité à attirer les auxiliaires (voir les cultures concernées). L'intérêt de la culture intermédiaire est d'autant plus important qu'elle peut se développer et fleurir. Il est donc conseillé de la semer tôt et de choisir des espèces à cycle court. Les mélanges d'espèces sont conseillés car ils présentent des périodes de floraison plus longues, des types de fleurs et des couleurs variés. Exemple de mise en oeuvre : Après la récolte d'une culture de blé tendre d'hiver, semer du sarrasin (par exemple début août) à 35 kg/ha avec un semoir classique (semis en ligne). Le sarrasin attire de nombreux auxiliaires comme les syrphes ou les abeilles car c'est une des premières espèces à fleurir et sera détruit par le gel en novembre (variable selon le contexte climatique). Semer la culture suivante au printemps, par exemple un pois de printemps.

URL
http://www.geco.ecophytopic.fr/geco/Concept/Implanter_Des_Cultures_Intermediaires_Attractives_Pour_Les_Auxiliaires