Plante de services intercalaire pour concurrencer les adventices en culture de canne à sucre

Canne à sucre
Cultures tropicales
Année de publication 2018
  (mis à jour le 08 fév 2021)
Source :  Cellule d'Animation Nationale DEPHY
Auteur :  Alizé MANSUY - eRcane
Réferences : 
Fiche système DEPHY EXPE - Février 2018 [fspcc]
Picto fiche SYSTEME DEPHY EXPE

[DEPHY EXPE] – Projet CanécoH – Site La Mare – Système Plante de services intercalaire

Mots clés : Plantes de services – Cultures intercalaires – Canne à sucre – Désherbage manuel – IFT Herbicide

separateur_vert

Ce système a été testé de 2013 à 2018 sur la station expérimentale La Mare dans le cadre du projet CanecoH, projet portant sur la production de canne à sucre économe en herbicide à La Réunion. La maîtrise de l’enherbement en canne à sucre est gérée habituellement par la voie chimique, que ce soit sur le rang ou l’inter-rang et par le paillis en repousse. Le caractère pérenne de cette culture rend impossible l’introduction de rotations culturales annuelles.

 

Leviers mobilisés

Les principaux leviers employés pour réduire l’utilisation des herbicides sont les suivants :

  • L’implantation d’une couverture végétale sur l’inter-rang pour concurrencer les adventices, la gestion de l’enherbement sur le rang de canne restant chimique. Pour limiter un éventuel impact négatif sur la production de canne, il a été choisi d’introduire des légumineuses présentes localement ou adaptées aux conditions tropicales et disparaissant sous canopée comme le pois de sabre ;
  • Travail du sol et désherbage mécanique respectivement effectués lors des plantation de cannes et semis des plantes de service afin d'assurer une bonne implantation et la maîtrise des adventices.

 

Principaux résultats et enseignements

La plante de service (C. ensiformis) montre un développement rapide et important qui a favorisé une maîtrise précoce et efficace de l’enherbement sur l’inter-rang (en moyenne en dessous du seuil de nuisibilité (30 %). Certaines adventices restent difficile à maîtriser (Panicum maximum, Rottboellia cochinchinensis, Merremia aegyptia, Ipomoea obscura et Centrosema pubescens) et nécessitent des interventions d’arrachage manuel

L’absence d’impact de cette plante de services intercalaire sur les performances agronomiques de la canne à sucre (rendement) reste à être confirmée. Avec des réductions d’IFT Herbicide pouvant aller jusqu’à 70 %, le temps de travail que représente cette pratique, supérieur à celui du témoin de référence, doit être optimisé (semis manuel et opérations de désherbage manuel supplémentaires sur rang et inter-rang).

 

Zoom sur le Canavalia ensiformis ou pois de sabre