Prendre en compte les pollinisateurs dans son agro-écosystème

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Vigne
Viticulture
Année de publication 2018
  (mis à jour le 08 fév 2021)
Source :  EcophytoPIC
Auteur :  M.Gayrard et Ph.Delval
Réferences : 
Levier PIC "Infrastructure agroécologique"
Prendre en compte les pollinisateurs dans son agro-écosystème

Approche PIC "Prendre en compte les pollinisateurs dans son agro-écosystème"

Les pollinisateurs et notamment les abeilles ne se cantonnent pas à la pollinisation des plantes mais assurent également un rôle de production alimentaire. Ils sont un atout pour le maintien de la biodiversité. La protection des pollinisateurs est donc essentielle dans les agro-écosystèmes. 

Ressources associées

leviers


La protection des pollinisateurs passe par l’utilisation raisonnée de produits respectant ces organismes mais aussi leurs ressources alimentaires. Un ensemble de bonnes pratiques ont ainsi été définies et sont disponibles. De plus, l’encadrement réglementaire présente les exigences en matière de protection des pollinisateurs : consulter l'arrêté du 28 novembre 2003 "Conditions d’utilisation des insecticides et acaricides à usage agricole en vue de protéger les abeilles et autres insectes pollinisateurs". La recherche reste très active en la matière.

Les abeilles et autres pollinisateurs, fréquentant abondamment les zones cultivées, peuvent être soumis à des risques d’intoxication liés aux pratiques agricoles et notamment à l’application de produits phytopharmaceutiques. La perception de l’impact de ces pratiques est renforcée par le fait que ces organismes font souvent office de bio-indicateurs pour détecter la présence de polluants dans le milieu ou leur conséquence sur les insectes auxiliaires.

De plus, la préservation des ressources alimentaires présentes à la fois dans et aux abords des parcelles, est une condition indispensable au maintien de la présence de pollinisateurs dans nos milieux cultivés. Cela doit se traduire par une conservation des structures permettant la nidification, la reproduction ou le refuge de nombreuses espèces de pollinisateurs. L’équilibre entre la partie cultivée et le milieu non cultivé est primordial afin d’assurer un ravitaillement constant pour les espèces.