Rés0Pest Nouzilly : combiner un maximum de leviers pour un système de grande culture sans pesticides

Céréales à paille
Cultures fourragères / Prairies
Maïs grain / Sorgho
Protéagineux
Tournesol
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Année de publication 2019
  (mis à jour le 08 fév 2021)
Source :  Cellule d'Animation Nationale DEPHY
Auteur :  Antoine SAVOIE - INRA
Réferences : 
Fiche système DEPHY EXPE - Juillet 2019 [fspe + fspci = fslab]
Picto fiche SYSTEME DEPHY EXPE

[DEPHY EXPE] - Projet Rés0Pest - Site Nouzilly - Système Rés0Pest Nouzilly

Mots clés : Zéro-pesticides - Régulations biologiques - Diversification

separateur_vert

Cet essai a été mené de 2012 à 2017 sur le Domaine de l’Orfrasière (INRA) à Nouzilly (37) dans le cadre du projet "Rés0Pest". Les objectifs de ce projet sont de concevoir, expérimenter et évaluer les performances de systèmes de culture sans pesticides et d’analyser le fonctionnement de ces agroécosystèmes, notamment les régulations biologiques.

Le niveau de rupture est très important par rapport aux pratiques agricoles conventionnelles et Rés0Pest se démarque de l’agriculture biologique par la possibilité d’utiliser des engrais de synthèse, ce qui donne, la possibilité de viser des niveaux de rendements plus élevés.

 

Leviers mobilisés

 

Principaux résultats et enseignements

Les risques maladies restent très élevés en cas de forte pression malgré le choix de variétés plutôt résistantes. Les ravageurs n’ont pas occasionné de pertes de rendement. Le risque pucerons d’automne sur blé est minimisé par les dates de semis peu précoces et le risque limaces est minimisé par le travail du sol plus fréquents. Pour les adventices, les rumex sont problématiques en prairie et dans les céréales à paille. Le désherbage mécanique en maïs permet une assez bonne maitrise du salissement. Les CIPAN limitent le salissement mais le ray-grass reste présent et impose fréquemment un labour avant les cultures de printemps.

Les rendements objectifs sont difficiles à atteindre sur ce système et la rentabilité en est fortement impactée. Les raisons peuvent être la sous-fertilisation (prairie temporaire, maïs ensilage), les maladies ou les adventices (céréales d’hiver, tournesol), la sécheresse estivale qui limite le nombre de coupes (prairie temporaire).

Pour améliorer, il s’agit d’explorer le levier des plantes accompagnatrices comme moyen de lutte contre les adventices en culture et réduire les pertes à la levée en travaillant notamment sur l'ajustement des dates de semis.

 

Zoom sur les couverts végétaux et le choix « labour – non labour »