Évaluer l'efficacité de l'approche de l'UE en matière d'utilisation durable des pesticides

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Vigne
Année de publication 2021
  (mis à jour le 01 nov 2021)
Source :  Plos One
Auteur :  Florența-Elena Helepciuc ,Arpad Todor
Réferences : 
Publié le 16 septembre 2021
SUD évaluation

Titre originel : Evaluating the effectiveness of the EU’s approach to the sustainable use of pesticides

En adoptant le « paquet pesticides » de 2009, l'UE a proposé une approche commune pour limiter les effets nocifs des pesticides, promouvoir la protection intégrée des cultures et le remplacement progressif des pesticides les plus dangereux par des alternatives à faible risque grâce à un cadre global mais flexible pour tous États membres de l'UE.

Chaque État membre de l'UE devait élaborer un plan d'action national proposant des mesures pour atteindre les objectifs du paquet. Néanmoins, le choix des actions et des indicateurs restait à établir au niveau national. Une série d'évaluations récentes de la mise en œuvre de la directive 2009/128/CE du Parlement européen et du Conseil sur l'utilisation durable des pesticide, élément central du « paquet pesticides », a montré un succès limité dans la réalisation de ses objectifs.

Dans le but d'expliquer ces échecs, cet article compare les plans d'action nationaux de huit États membres de l'UE adoptés dans le cadre de cette directive. Une évaluation des mesures et indicateurs proposés par les pays permettant d'atteindre les trois objectifs primordiaux de la directive (réduire les risques et l'impact ; promouvoir la lutte intégrée contre les ravageurs ; promouvoir des approches et des techniques pour réduire la dépendance aux pesticides) est effectuée.

Une analyse comparative selon trois dimensions est développée : la promotion de mesures pour atteindre les trois objectifs de la directive 2009/128 ; l'évolution des plans d'action avant et après la directive de certains des anciens États membres de l'UE ; et les différences entre les anciens et les nouveaux États membres de l'UE.

La comparaison selon dix variables montre que la directive 2009/128 a eu un effet minime dans l'homogénéisation des approches des différents États pour développer leurs plans d'action nationaux pour traiter systématiquement les problèmes, proposer des mesures et des calendriers de mise en œuvre et des indicateurs. Étant donné que l'effet global de génération d'une approche commune de l'UE pour accroître la durabilité de l'utilisation des pesticides et de l'agriculture, en général, était encore limité, car aucune mesure, indicateur ou processus de planification commun n'a été identifié, nous discutons de quelques suggestions pour améliorer la situation. .