Plateforme d'épidémiosurveillance en santé végétale (ESV)

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Vigne
Année de publication 2018
  (mis à jour le 07 avr 2020)
Source :  Site Alim'agri
Réferences : 
Publié le 09/03/2020 et le 10/07/2018
Plateforme d'épidémiosurveillance en santé végétale (ESV) : Fonctionnement

Le champ d'action de la plateforme ESV couvre potentiellement tout danger sanitaire ou phénomène phytosanitaire ayant ou pouvant avoir un impact sur l'état sanitaire des végétaux et les effets non intentionnels des pratiques agricoles sur l'environnement.

Le 9 juillet 2018, a eu lieu la signature de la nouvelle convention-cadre de la plate-forme d’épidémiosurveillance en santé végétale par le directeur général de l’Alimentation, en présence des cinq autres membres. Cette date a marqué le lancement de cette plateforme qui a été mise en ligne par la suite. > Lire l'article du  10/07/18

L'intérêt de cette plate-forme a déjà été démontré dans le cadre du « prototype » d'un fonctionnement en mode plateforme, que constitue la surveillance de Xylella fastidiosa. Comment fonctionne la plate-forme d'épidémiosurveillance en santé végétale ? > Lire l'article du 09/03/20

La plateforme compte parmi ses membres la DGAL (Direction générale de l'Alimentation), l’Anses, Inrae, Fredon France, l'ACTA, et l'APCA.

Elle s'appuie sur une équipe de coordination, une équipe opérationnelle de huit agents (épidémiologistes, informaticien, statisticiens, éditeur web...), une structure de gouvernance et de pilotage, dénommée Comité de pilotage. Elle s'organise en groupes de travail associant des personnels de ses différents membres et mobilisant si besoin d'autres partenaires.