Surveillance et évaluation des risques à l'échelle nationale ou du territoire

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Vigne
Année de publication 2017
  (mis à jour le 08 avr 2020)
Source :  EcophytoPIC
Auteur :  Ph.Delval
Réferences : 
Levier PIC "Surveillance" et "Évaluation des risques"
épidémiosurveillance

Les acteurs de terrain (agriculteurs, conseillers) peuvent avoir des références régionales de l'évolution des bioagresseurs à l'échelle nationale ou de leur territoire. C'est un outil complémentaire des observations de terrain ainsi que d'autres ressources mises à disposition.

L'épidémiosurveillance a pour but de:

  • Elaborer, adapter et promouvoir des référentiels méthodologiques et des outils en matière de surveillance.
  • Contribuer aux actions permettant un accès fluide aux données nécessaires à ses activités, par un appui au développement de systèmes d’information robustes, fiables, et interopérables.
  • Assurer une veille internationale sur les dangers sanitaires susceptibles d'avoir un impact sanitaire et/ou économique.
  • Réaliser des synthèses sur la situation épidémiologique des dangers sanitaires relevant de son programme d’activité.
  • Animer et mettre en œuvre l’ensemble des stratégies de retour d’information selon une procédure planifiée, notamment via des bulletins d’information et un site internet.
  • Contribuer au développement d'interactions entre les différentes structures chargées d'actions de surveillance et d'investigations épidémiologiques.Veiller à une bonne articulation entre les activités de surveillance et les activités de recherche, développement, formation et référence.

 

Un certain nombre de documents travaillés par des experts du service de la protection et de la qualité des végétaux, des instituts techniques agricoles et de l’INRA ont constitué des notes communes ou nationales qui permettent de raisonner la lutte contre certains bio-agresseurs problématiques (résistance, santé,…) ou de protéger certains organismes.

 

Les Bulletins de Santé du Végétal, ou BSV, sont des outils de surveillance des bioagresseurs sur le territoire. 

Ils font appel à trois sources d’information :

  • Des données d’observations : elles sont obtenues à partir du suivi périodique d’un réseau de parcelles fixes ou flottantes judicieusement positionnées sur le territoire. Ce travail implique l’ensemble des agents de terrain locaux (chambres d’agriculture, coopératives, négoces), mais aussi des agriculteurs.
  • Des données de modélisation : pour prévoir l’arrivée ou l’intensité d’attaques de certains bioagresseurs les Instituts techniques, l’INRA, les Services Régionaux de la Protection des Végétaux ont construits des modèles épidémiologiques. Ils sont largement utilisés dans le cadre de l’élaboration des Bulletins de Santé du Végétal.
  • Des données de suivis biologiques en laboratoire.

 

Tous ces outils peuvent être source de données permettant d'améliorer le diagnostic sur un territoire donné. Retrouvez-les grâce aux liens ci-contre.