Transition agronomique et évolution des problèmes malherbologiques

Grandes cultures / Polyculture-élevage
Année de publication 2020
  (mis à jour le 10 sep 2020)
Source :  INRAe
Auteur :  D. DERROUCH, F. DESSAINT, E. FELTEN, B. CHAUVEL - Agroécologie, AgroSup Dijon, Inrae, Univ. Bourgogne, Univ. Bourgogne Franche-Comté
Réferences : 
AGRONOMIE, ÉCOLOGIE ET INNOVATION. TCS N°107. MARS/AVRIL/MAI 2020
grande berce

Une équipe de l’Inrae de Dijon (UMR Agroécologie) a enquêté sur la pratique du semis direct sous couvert et ses effets sur l’évolution de la flore adventice. Une enquête nécessaire, à laquelle a participé TCS. 

Cette enquête a été possible grâce aux financements du programme H2020 IWMPRAISE et de la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Que retenir de l’enquête ?

  • Adoption des principes du SDSC progressive pour 70 % des agriculteurs.
  • Réduction du travail du sol : principale modification pour les agriculteurs. Un passage du labour, aux TCS, puis au SDSC est majoritairement réalisé (65 %). Le passage du labour au semis direct est choisi par 31 % des agriculteurs.
  • Un agriculteur sur deux ne modifie pas sa rotation à l’adoption du SDSC. Pour les ajouts de cultures dans la rotation, le choix des agriculteurs se tourne majoritairement vers les Fabacées (légumineuses).
  • Dans les premières années en SDSC, les agriculteurs optent majoritairement pour des couverts temporaires plurispécifiques.
  • Les taxons problématiques en SDSC étaient déjà présents avant l’adoption du SDSC mais à des fréquences de citations différentes.
  • Les problèmes causés par les adventices annuelles diminuent mais restent importants en SDSC.
  • Augmentation des problèmes causés par les adventices à cycle pluriannuel : le groupe des chardons (chardon des champs et chardon commun) est celui qui pose le plus de problèmes aux agriculteurs en SDSC.