Haies, arbres isolés et lisières boisées

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Vigne
Année de publication 2017
  (mis à jour le 06 avr 2020)
Source :  EcophytoPIC
Réferences : 
Levier PIC "Infrastructure agroécologique"
Haies

Les haies, les arbres isolés et les lisières boisées peuvent constituer un habitat favorable au développement et au maintien d’organismes utiles pour l’agriculture. Le caractère positif de ces structures se traduira par différentes fonctions de protection, de possibilité d’hivernation, de perchoir, de ressources alimentaires et de corridor biologique pour certains organismes.

Il est difficile de définir les critères les plus favorables pour l’implantation des haies. Ceux-ci dépendent bien entendu d’un tryptique « région – plante cultivée – bio-agresseurs » qui peut, de plus, évoluer au cours du temps.

Néanmoins, sans établir une définition précise, on peut évoquer les caractéristiques suivantes :

  • Diversité des espèces (dont essences à feuilles persistantes ET espèces non attractives pour les bio-agresseurs)
  • Diversité des strates
  • Etalement des ressources alimentaires

Il est important de bien localiser celles-ci en fonction du parcellaire, des vents dominants et leur entretien est un facteur à prendre en compte (taille de préférence automnale). 
Toute application des produits phytopharmaceutiques doit éviter une dérive sur ces zones car cela pourrait entraîner une incidence sur les populations présentes ; mais elles constituent des zones tampon protégeant l’environnement des flux d’eau (érosion) ou de produits phytopharmaceutiques.

Il est important de préserver les arbres isolés existants, de veiller à ne pas compromettre leur état sanitaire, de maintenir un enherbement au pied de l'arbre, voire d'en replanter. L'entretien des arbres têtards doit permettre de les maintenir dans l'environnement.