Irrigation raisonnée

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Année de publication 2016
  (mis à jour le 02 avr 2020)
Source :  EcophytoPIC
Auteur :  F.BERGER & Ph.DELVAL
Réferences : 
Levier PIC "Pratiques culturales"
Irrigation

En matière de protection intégrée, la gestion de l’irrigation peut avoir plusieurs effets.

Elle peut : défavoriser le développement d’ennemis par l’apport d’eau sur le feuillage (cela concerne essentiellement les acariens phytophages mais aussi quelques insectes tels que pyrales et cicadelles) ; ne pas contribuer à créer des conditions d’hygrométrie favorables au développement de maladies en évitant l’humectation du feuillage.

Dans ce cas, le choix du stade de la plante pour irriguer et ne pas avoir d’excès d’eau a des conséquences bénéfiques.

En hiérarchisant les problèmes relatifs à une parcelle, on peut ainsi procéder au choix du mode d’irrigation (aspersion, sous frondaison, goutte à goutte). En effet, si les problèmes majeurs concernent les insectes, on préférera l’aspersion sur le feuillage. Dans le cas où les maladies sont dominantes, il sera préférable d’utiliser une méthode qui ne maintient pas le feuillage humide en évitant toute aspersion directe