Matériel végétal

Année de publication 2019
  (mis à jour le 12 déc 2019)
Source : 
EcophytoPIC

La prophylaxie rassemble les différentes mesures permettant de prévenir l’arrivée ou la propagation d’une maladie, d’un ravageur, ou le développement des adventices. La génétique participe à ce principe.

Parmi tous les leviers agronomiques disponibles, la résistance ou la tolérance variétale sont souvent des moyens très efficaces pour limiter les pertes liées aux bio-agresseurs (ravageurs, maladies et adventices), sans impact économique négatif dès lors que la sélection est dynamique.

On confond souvent les termes de « tolérance » et « résistance ».

  • La résistance décrit la capacité de la plante à bloquer le développement d’un stress : selon les gènes concernés, la résistance observée est plus ou moins durable.
  • La tolérance correspond à la capacité à maintenir un niveau donné de production et/ou de qualité en présence d’un stress. La tolérance est vue comme prometteuse car elle s’applique souvent à plusieurs stress et ne soumet donc pas les bioagresseurs à une pression de sélection unique conduisant aux contournements de résistance variétale.

Ces 2 types de mécanismes, ainsi qu’un 3ème nommé « échappement » et qui consiste à limiter l’exposition des organes sensibles ou des stades sensibles de la plante au stress, peuvent tous contribuer à réduire la nuisibilité d’un bioagresseur.

Dans une approche intégrée, il est préférable d’associer ce contrôle génétique des plantes à d’autres moyens de lutte pour ne pas favoriser le contournement par les bioagresseurs, au fil des générations parfois nombreuses et rapides.