Un projet Divgene sur le mildiou de la pomme de terre, qui associe Pologne et Norvège

Pomme de terre
Année de publication 2020
  (mis à jour le 17 nov 2020)
Source :  ENDURE
Réferences : 
Publié le 10 novembre 2020
Un projet Divgene sur le mildiou de la pomme de terre, qui associe Pologne et Norvège

L'Institut de Sélection et d'Acclimatation des Végétaux (IHAR) de la Pologne s’est associé à l’Institut norvégien de recherche sur la bioéconomie pour élargir les connaissances « sur les maladies végétales et les facteurs influençant la résistance ou la sensibilité aux agents pathogènes ». En particulier, ils se concentreront sur la pomme de terre et la maladie économiquement importante qui affecte les cultures dans le monde entier : le mildiou de la pomme de terre.

Financé par Norway Grants pour une période de trois ans, le projet Divgene (« Diversity analyses of key genes involved in interaction between potato and Phytophthora infestans ») cherchera à s’appuyer sur les découvertes récentes sur les principaux gènes de résistance contre le mildiou.

  • « Le premier objectif spécifique du projet DivGene est de diagnostiquer la présence de plusieurs gènes de résistance au mildiou et d’analyser leur diversité dans les cultivars de pommes de terre cultivés en Pologne et en Norvège. Les produits des gènes de résistance fonctionnent comme des interrupteurs d’alarme qui reconnaissent les protéines de pathogène et déclenchent des réactions de défense qui aboutissent à la résistance.
  • « Un deuxième objectif du projet est l’analyse de la diversité des gènes codant pour les effets du mildiou dans les populations du pathogène en Pologne et en Norvège. Ces deux objectifs seront atteints grâce à l’utilisation d’une méthode de séquençage de nouvelle génération à haut débit et d’une technique permettant le séquençage sélectif des gènes d’intérêt (AmpSeq). »

IHAR explique que le projet produira de nouvelles connaissances qui aideront à répondre à des questions clés, telles que :

  • Pourquoi la résistance végétale n’est pas durable ?
  • Pourquoi certaines souches dominent en Pologne et en Norvège ?

« Une meilleure compréhension des interactions entre les plantes et les agents pathogènes peut à l’avenir être exploitée dans la sélection pratique des plantes et dans l’amélioration des méthodes de lutte contre les maladies, ce qui contribuera à réduire l’utilisation des pesticides et l’impact négatif de l’agriculture sur l’environnement naturel », déclare l’IHAR.