Guidage par GPS

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Vigne
Année de publication 2017
  (mis à jour le 21 fév 2020)
Source : 
EcophytoPIC
Auteur :  S.Blocaille et Ph. Delval
Réferences : 
Levier technique
Guidage par GPS

Pour optimiser les passages de tracteur dans la parcelle et limiter les manques ou recouvrements entre chaque aller – retour, il est possible d’utiliser un auto-guidage assisté par GPS.

La précision d’un autoguidage dépend de deux facteurs : la correction qui est utilisée (DGPS ou RTK) et le type d’asservissement (hydraulique ou moteur électrique). Le DGPS : c’est la correction différentielle. Une station de référence fixe envoie via un satellite géostationnaire une correction du signal GPS. Dans ce cas la précision est inférieure à 1 mètre. Pour le RTK, la correction différentielle est émise par une station fixe installée à un endroit dont on connaît les coordonnées exactes avec un signal radio basse fréquence. La précison de ce système est de l'ordre du cm  mais demande un investissement important. L’agriculteur peut ensuite choisir entre l’autoguidage hydraulique qui agit sur le système hydraulique de la direction, et l’autoguidage électrique où un moteur électrique agit sur le volant ou sur la colonne de direction

La question est d’identifier les gains permis par les guidages assistés par GPS et par conséquent sa rentabilité. Selon ARVALIS INSTITUT DU VEGETAL, l’autoguidage permet de réduire les recouvrements de 13 % en travail du sol, 5 % en récolte de céréales et 2 % en semis ou pulvérisation/épandage. Un système d’autoguidage précis permet d’éviter ces recouvrements, et de réaliser des économies de l’ordre de 10 à 23 €/ha/an suivant les systèmes de production.

Au-delà de ces aspects, l’autoguidage permet de se concentrer sur l’outil et non plus sur la conduite, et offre la possibilité de travailler en conditions limitantes (de nuit, en présence de poussière), sans que la qualité du travail ne soit affectée. Enfin, l’autoguidage réduit notablement la fatigue du chauffeur.

Le système GPS peut également servir dans d’autres domaines tels que les coupures de tronçons ou la modulation intra-parcellaire. De même, des outils peuvent être pilotés par GPS, comme par exemple  les bineuses. Dans le cadre de ces dernières,  associées à une correction RTK, les systèmes d’autoguidage permettent de revenir au même endroit et de réaliser un binage mécanique sans que la bineuse soit assistée.