Plastiques anti-UV

Cultures légumières
Horticulture – PPAM
Année de publication 2013
  (mis à jour le 15 avr 2020)
Source :  EcophytoPIC
Auteur :  F.Berger et Ph.Delval
Réferences : 
Levier PIC "Méthodes physiques"
anti-UV

Il s’agit de couvrir les serres ou les tunnels à l’aide de plastiques ayant la propriété de filtrer les ultraviolets (UV), dans le but de perturber la vision des insectes ravageurs présents à l’intérieur de ces structures et ainsi d’affecter leur capacité à se déplacer et à repérer les plantes. L’emploi de films photo-sélectifs réduirait également les entrées d’insectes dans les serres (effet dissuasif).

Le recours à ces films prévient ainsi les dommages directs causés aux cultures ainsi que le développement de maladies transmises par les insectes. De plus, ils créeraient un environnement moins favorable au développement de maladies fongiques.

Des études ont montré que l’activité d’auxiliaires parasitoïdes n’était pas affectée par la modification de l’environnement lumineux, car la reconnaissance de l’hôte passait par des stimuli olfactifs plutôt que visuels. En revanche, l’activité des pollinisateurs peut être réduite ou retardée, auquel cas un complément par vibrage peut être recommandé. Les UV influencent également certaines caractéristiques des plantes (croissance, couleur des fruits, etc.) mais l’emploi des films photo-sélectifs n’affecte pas les rendements.

En fonction des fournisseurs, les films peuvent avoir des gammes d’absorption différentes (et par conséquent des effets différents).