Projet LILLA

Cultures légumières
Légumes feuilles - Salades
Année de publication 2018
  (mis à jour le 16 juin 2021)
Source :  EcophytoPIC - Cellule d'Animation Nationale DEPHY
Réferences : 
Projet DEPHY EXPE (2013-2018)
Projet LILLA

LImitation de la Lutte chimique en culture de LAitues par l’introduction et la combinaison de méthodes culturales

Appel à projet MAA - DEPHY EXPE - 2012


Les cultures de laitue sont parmi les principales cultures légumières dans le sud de la France, où sont produits les 2/3 des volumes nationaux. Les cultures de laitue sous abri, objet du présent projet, peuvent s’inscrire dans des rotations avec des cultures de printemps ou d’été, mais un nombre croissant d’exploitations se spécialisent, avec jusqu’à trois cycles culturaux associés à des pratiques de désinfection du sol et de cultures intermédiaires type engrais verts ou à vocation de biofumigation.
Les problèmes sanitaires principaux des laitues sont liés à quelques champignons pathogènes (Bremia lactucae, Sclerotinia spp, Botrytis cinerea), aux insectes ravageurs (pucerons, noctuelles) et aux vecteurs de virus (pucerons, thrips, Olpidium). Cependant, pour éviter les rejets commerciaux, les plantes doivent être exemptes de tout dégât.

Le projet LILLA a pour objectif de :

  • Evaluer la faisabilité de l’abandon de traitements chimiques préventifs contre Botrytis cinerea et Sclerotinia spp dans des stratégies de conduite culturale associant variétés partiellement résistantes et fertilisation azotée réduite et fractionnée,
  • Construire par prototypage des systèmes de culture de laitue réduisant l’utilisation des produits phytosanitaires,
  • Evaluer expérimentalement les prototypes, en comparaison avec un système de culture de référence correspondant aux pratiques actuelles à l’aide d’un jeu d’indicateurs agronomiques, environnementaux et économiques,
  • Valider par des essais en réseau des stratégies de culture s’affranchissant au maximum de traitements chimiques préventifs.

Le projet est construit sur un ensemble de démarches expérimentales et d’essais agronomiques en stations (INRA, CTIFL) et chez des producteurs. Les premiers ont vocation à lever des verrous techniques et à jalonner les objectifs de réduction des produits phytosanitaires. Les seconds servent à valider la faisabilité des méthodes en conditions de production.

Thèmes abordés : protection phytosanitaire, résistance, lutte intégrée, essais systèmes, analyse coûts-bénéfice

Organisme chef de file : INRA Avignon

Partenaires : APREL, CTIFL centre Lanxade, Green Produce SA

Montant prévisionnel financé : 299 537 €