Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Leviers préventifs de gestion des bioagresseurs




Actualité publiée le : 05/04/2017 Culture : Viticulture, Cultures légumières, Cultures tropicales, Horti-PPAM, Grande Culture, Arboriculture

Le schéma ci-dessous décrit le cycle des cultures et des bio-agresseurs. Les méthodes de gestion des bio-agresseurs s’appuient sur des pratiques agissant à différentes étapes de ces cycles.

 

 

 

 

Ces méthodes s’appuient sur des pratiques agissant à différentes étapes du cycle du bioagresseur et/ou de la culture. La mise en œuvre de combinaisons de méthodes de leviers identiques ou différentes présente l’intérêt de jouer sur la complémentarité des actions et parfois de pallier une action ne remplissant pas complètement ou totalement son rôle. Le principal objectif consiste à minimiser et défavoriser le développement du bioagresseur à tout moment afin de baisser la pression qu’il pourrait exercer sur la culture.

Cela s’appuie sur trois types de leviers qui permettent ainsi d’agir différemment. Il est important de connaître l’ensemble des leviers pour un bio-agresseur donné pour pouvoir avoir cette complémentarité voire cette synergie d’action.

Action sur la population initiale

En amont, des méthodes peuvent être mobilisées pour réduire ou éliminer toutes les formes de conservation des bio-agresseurs (graines, spores, larves, œufs,…). 

Cela doit conduire à limiter le développement des populations qui sont sources de contamination des cultures. Cela peut aussi porter sur la propagation et la dissémination des bio-agresseurs

Evitement

Les stratégies d’évitement consistent à éviter la concordance entre la phase de contamination du bioagresseur et la période de sensibilité de la culture.  L’action principale porte sur le décalage des cycles de la culture et des bio-agresseurs. La décision d’arrêter une culture (annuelle) peut être envisagée.

Atténuation en culture

L’atténuation en culture a pour objectif de minimiser les dégâts lorsque la culture et le bioagresseur se trouvent en contact. Ce processus agit via une modification de l’état du peuplement : il s’agit d’augmenter la compétitivité de la culture et d’éviter les conditions favorables au développement et àla propagation du ou des bioagresseurs. 

L’action principale porte sur la mise en condition favorable de la culture et défavorable des bio-agresseurs.

 

Le tableau accessible ci-dessous tente de classer chacun des leviers en fonction de son type d’action et de son caractère stratégique ou tactique. Des liens vous permettent un accès immédiat décrivant le levier.

 

Définition des solutions directes : préventive ou de rattrapage

Enfin, les méthodes de lutte directe sont des moyens à mettre en action quand le seuil de présence d’un ennemi est dépassé et justifie donc une intervention. Les solutions préventives sont positionnées au début du cycle du bioagresseur afin de diminuer la population initiale ou empêcher les attaques précoces. Les solutions de rattrapagepermettent de limiter les dégâts lorsque les leviers mis en œuvre auparavant n’ont pas été efficaces. Toute méthode de lutte, biologique, physique, mécanique ou chimique fait partie de ces solutions. Le fait de disposer de solutions de rattrapage peut facilites la mise en œuvre de stratégies alternatives dont les effets sont parfois partiels. Le recours à ces solutions ne peut cependant pas toujours se faire (impossibilité technique).

 

Des guides pour la conception de systèmes de culture plus économes en produits phytopharmaceutiques sont destinés à faciliter l’approche système. Les guides actuellement disponibles concernent les grandes cultures, la vigne et les cultures légumières mais des documents traitant des cultures tropicales et de l’arboriculture devraient également voir le jour.

Enfin, un outil interactif, créé à partir des guides, a pour vocation d’aider à concevoir un système de culture économe en produits phytopharmaceutiques. Il permet une approche rapide et ludique en offrant des liens vers des ressources sur les techniques de protection intégrée des cultures.

 



Pour en savoir plus