dephyferme

Groupe Dephy grandes cultures de l'Yonne

Grandes cultures / Polyculture-élevage
Diversification et allongement de la rotation
Fertilité et vie des sols
Lutte biologique via substances naturelles et microorganismes
Mélanges variétaux
Régulation biologique et biocontrôle
Travail du sol simplifié/non labour
Année de publication 2019
  (mis à jour le 18 nov 2022)
Carte d’identité du groupe
groupe en tour de plaine
Structure de l'ingénieur réseau
Chambre d' Agriculture de l'Yonne
Nom de l'ingénieur réseau
Claire-Lise LEVÊQUE
Date d'entrée dans le réseau
2010
12
Nombre d'agriculteurs dans le groupe.
Présentation du groupe

Composé de polyculteurs-éleveurs ainsi que de céréaliers, le groupe Dephy de l'Yonne s'est constitué pendant la phase test du programme en 2010. Le point commun des systèmes engagés est notamment le recours aux techniques simplifiées de travail du sol. Les thématiques principales abordées en groupe sont : la diversification des rotations, la fertilité du sol ou encore les produits de biocontrôle. Aujourd'hui hétérogène, c'est un groupe dont les membres ont su s'adapter différemment aux contextes et contraintes de chacun tout en conservant un objectif commun : réduire l'utilisation des produits phytosanitaires tout en maintenant une rentabilité économique de l'exploitation.


Cultures principales : blé, orge (hiver et printemps), colza, tournesol

Spécificité du groupe : hétérogénéité des pratiques

 

 

 

Le regard de l'ingénieur réseau :

Le groupe DEPHY de l'Yonne est un collectif intéressant et intéressé qui à su s'adapter a une contrainte majeure qui est celle de l'éloignement géographique de ses membres. Jamais à court d'idées, le groupe est en perpétuelle réflexion sur les systèmes de culture des uns et des autres. C'est un groupe qui suscite de l'intérêt pour sa réussite dans la réduction de l'indicateur de fréquence de traitement (IFT).

Projet collectif : réussir à maintenir un niveau d'IFT bas

Principales thématiques du projet collectif

En 2022, 9 exploitations du groupe Dephy de l'Yonne se sont ré-engagées et 3 ont rejoint le groupe. Les thématiques de travail portent principalement sur la recherche de solutions pour pérenniser le système dans lequel les agriculteurs sont arrivés par rapport à sa faible dépendance aux produits phytosanitaires. En effet, aujourd'hui on observe un effet "palier", c'est à dire que certaines exploitations ont atteint leur limite dans la réduction de l'utilisation des produits phyto. La réflexion et les efforts se porte donc sur le maintien du niveau actuel d'IFT.

Projet collectif

Le projet collectif du groupe est de maintenir un niveau bas d'utilisation des produits phytosanitaires tout en maintenant des plantes saines. Cela passe donc par un travail sur la fertilité du sol mais aussi des essais de produits de bio-contrôle. La préservation de la biodiversité est aussi un levier d'intérêt : c'est pour cela qu'une réflexion sur l'architecture paysagère du parcellaire est en cours dans le groupe.

Les thématiques d'intérêt pour le groupe sont :

- réussir à conserver une part de tête d'assolement correcte dans la sole chaque année (en lien avec les problématiques colza). En effet, l'Yonne est dans un secteur à super résistance Kdr où les pressions insectes ravageurs sur Colza sont importantes. Il est donc important dans un contexte de réussite incertaine des colzas, d'adopter une attitude opportuniste et de prévoir d'autres tête de rotation éventuellement pour conserver un équilibre dans la rotation.

- mieux comprendre et favoriser la biodiversité et les services éco-systémiques sur les exploitations. Les auxilliaires, ennemis naturels des cultures sont de vrais atouts pour limiter l'usage des produits phytosanitaires en favorisant la régulation naturelle. Les agriculteurs s'intéressent à l'organisation paysagère et aux aménagements possibles sur leurs exploitations pour essayer de favoriser la présence de ces auxilliaires et ainsi espérer une meilleure régulation naturelle des ravageurs.

- continuer à se renseigner / expérimenter sur des leviers alternatifs (désherbage mécanique / biocontrôle ...), dans le but de conserver des faibles utilisations de produits phytosanitaires, il faut continuer à se renseigner et à expérimenter d'autres leviers. Le désherbage mécanique sur les céréales notamment de printemps et les biocontrôles (fongicides et ou insecticides) sont des pistes à ne pas négliger.

Autres thématiques travaillées par le groupe et pistes innovantes explorées

Résultats du groupe :

Le premier travail du groupe (dans les années 2010), a été d'étudier la diversification des rotations notamment en introduisant des cultures de printemps dans des systèmes Colza/ Blé/ Orge pour casser les cycles de développement des adventices. Différentes cultures ont été testées dans différents contextes pédologiques (lentille, pois chiche, sorgho, pois printemps...). L'évolution de l'assolement est bien visible sur les graphiques ci-dessous .Dans la catégorie de culture autres, nous retrouvons des cultures représentant moins de 5% de la sole (chanvre, sarrasin, lin, pois hiver ...).

Assolement 2011Assolement 2021

Le groupe a suivi pendant 4 ans l'activité biologique des sols via des indicateurs au champ. Il s'agit des méthodes Tea Bag Index (http://www.teatime4science.org/) et LEVABag ® (https://www.levabag.com/). Le principe de ces méthodes consiste à peser la différence de poids entre les sachets au moment de l'enfouissement et au moment du retrait (3-4 mois plus tard). La différence de poids permet ensuite de quantifier l'activité biologique et d'illustrer les tendances de minéralisation. Une réflexion de groupe permet ensuite de discuter des différences et similitudes entre les résultats obtenus et les conduites culturales.

Les résultats obtenus sont les suivants :

Résultats tea bag

Les variables influant sur les dynamiques de minéralisation et de stockage des différentes formes de matière organique dans les sols étant multifactorielles, nous ne pouvons pas tirer de conclusion précise sur ce qui à été observé. Les conclusions de ces expérimentations ont été les suivantes : une mesure, sur une parcelle Tea Bag ou LEVABag MD  seule, ne veut pas dire grand-chose. En effet, les dynamiques de dégradation de la matière organique que l’on approche avec ces indicateurs aux champs sont des phénomènes complexes qui reposent sur différentes variables. La répétition de la méthode sur plusieurs années est une nécessité pour pouvoir approcher de manière plus correcte les dynamiques de minéralisation du sol concerné. Ici, l’échantillon est trop petit pour conclure à des variables explicatives même si à première vue la météo ainsi que la fertilisation organique semblent jouer un rôle important.

      Les membres du groupe on depuis fait le choix d'arrêter ce suivi avec des indicateurs au champs car peu de conclusions pouvaient en être tirées.

      L'IFT (Indice de Fréquence de Traitement) est un indicateur de suivi de l'évolution de l'utilisation des produits phytosanitaires. C'est un indicateur quantitatif qui permet à la fois de pouvoir fixer des objectifs mais également de faire un suivi de l'évolution des systèmes dans le temps. Le graphique ci-dessous présente l'évolution des IFT (hors cultures fourragères) moyens du groupe (les exploitations bio ne rentrant pas dans la moyenne). Les IFT liés aux traitements de semence n'apparaissent pas sur ce graphique.

Evolution IFT du groupe sans les surfaces bio ni fourragère 2009-2021

Sur ce graphique, on peut observer que les postes les plus "faciles" à réduire sont les insecticides et les fongicides (évolution variétale, mélange de variétés, travail sur les dates de semis, la rotation....). En revanche, le post herbicide est celui qui est le plus difficile à réduire. La problématique de gestion de l'enherbement est aujourd'hui la problématique principale des exploitations.

Si on regarde les IFT en intégrant les exploitations qui se sont converties à l'agriculture biologique (4 exploitations de 2017 à 2019) on obtient l'évolution suivante (la moyenne est pondérée en fonction de la surface de chaque exploitation par rapport à la surface totale). En 2021, 708 ha de culture n'ont pas été traitées sur les 2415 ha que représente le groupe. Si on regarde ce graphique, entre la situation initiale du groupe et la moyenne des trois dernières années, l'IFT moyen du groupe (hors traitement de semence et biocontrôle) à diminuer de 58%.

Evolution des IFT moyen du groupe (exploitations en agriculture biologique inclues)

 

Témoignage de la structure :

Susciter la création de groupes DEPHY et accompagner leurs membres dans la durée constituent pour la Chambre d’agriculture une excellente opportunité pour œuvrer à la réduction de l’usage des produits phytosanitaires à chaque fois que cela est possible sur les plans techniques et agronomiques.

Ainsi les exploitations des agriculteurs de ces collectifs, à l’instar de celles des groupes de développement, représentent de véritables fermes de références pour tester, expérimenter des techniques et des pratiques utiles à tous en grandeur nature.

GUYARD Loïc, agriculteur, membre du Bureau de la chambre d'Agriculture de l'Yonne

Autres infos
Suivez-nous sur
Contact
contact
Claire-Lise LEVEQUE
Ingénieur Réseau - Chambre d'agriculture de l'Yonne