dephyferme

Les Creusois relèvent le Dephy!

Grandes cultures / Polyculture-élevage
Autonomie alimentaire
Diversification et allongement de la rotation
Fertilité et vie des sols
Lutte biologique via substances naturelles et microorganismes
Mélanges variétaux
Réglage et amélioration du matériel
Régulation biologique et biocontrôle
Stratégie de couverture du sol
Travail du sol simplifié/non labour
Année de publication 2019
  (mis à jour le 15 mar 2021)
Carte d’identité du groupe
Structure de l'ingénieur réseau
Chambre d' Agriculture de la Creuse
Nom de l'ingénieur réseau
Benoît THIRET
Date d'entrée dans le réseau
2011
10
Nombre d'agriculteurs dans le groupe.
Présentation du groupe

Le groupe a été créé en 2011.  A ce jour, il est composé de 10 exploitations réparties sur le nord du département.

C'est un groupe d'éleveurs (principalement bovin allaitant) dont l'objectif est de maintenir voire d'augmenter l'autonomie fourragère à l'échelle de l'exploitation, tout en réduisant la dépendance aux produits phytosanitaires et en limitant au maximum le travail du sol.  

Pour se faire, durant ces dernières années, le groupe a beaucoup travaillé sur les mélanges variétaux de céréales et les méteils, entre autres.

 

Cultures principales : Blé, Orge, Triticale, Maïs, Méteil, Prairie Temporaire

Spécificités du groupe :IFT bas, avec notamment l'introduction de prairies temporaires dans la rotation

Lycées partenaires : Lycée Agricole d'Ahun

Le regard de l'ingénieur réseau :

Le groupe est composé d'un noyau d'agriculteurs présents depuis le début en 2011 qui ont du recul et qui apportent leur expérience en termes de réduction des phytos tout en conservant l'autonomie fourragère. Leur expérience est bénéfique aux agriculteurs ayant intégré le groupe en 2016 (dont le lycée agricole) ou en 2019, et ces derniers ont également apporté des propositions intéressantes et de nouvelles pistes de travail à approfondir.

Ainsi, les agriculteurs avancent dans un même but ; les réunions sont constructives et riches en échanges.

L'introduction de prairies temporaires dans la rotation, les mélanges variétaux et la culture du méteil (grain ou fourrager) sont des leviers agronomiques pratiqués par l'ensemble du groupe qui ont permis aux agriculteurs de diminuer leurs IFT.

La continuité de ces pratiques associée à de nouveaux essais en cours (biocontrôle-fongi, association maïs-légumineuses tropicales, ainsi que d'autres essais parcelles chez les agriculteurs) a pour objectif de continuer la baisse des IFT, déjà assez faibles pour l'ensemble du groupe.

De plus, l'intégration du lycée agricole dans le groupe en 2016 est intéressant pour communiquer ce que font les agriculteurs au niveau de la transition agroécologique et les productions et références acquises par le groupe DEPHY peuvent servir de supports pédagogiques aux élèves.

D'un point de vue personnel, l'accompagnement et l'animation de ce groupe est très formateur : suivre leurs essais sur le terrain, animer différents échanges entre les agriculteurs et faire en sorte de répondre aux besoins du groupe sont des missions très intéressantes.

Projet collectif et résultats du groupe

Etre autonome au niveau fourrager tout en limitant le recours aux phytos et au travail du sol 

 

Thématiques principales du groupe

Pour atteindre ce double objectif commun, l'ensemble des agriculteurs du groupe travaillent sur :

  •  Un raisonnement au système de culture, alliant observation et rotation

L'introduction de 3 à 5 années (en moyenne) de prairie temporaire dans la rotation culturale permet de "rompre le cycle des bioagresseurs".

Les agriculteurs observent beaucoup leurs parcelles afin de traiter au moment opportun, pour améliorer l'efficacité et le rendement du traitement.

 

  •  Le mélange variétal, les semences fermières et l'arrêt du traitement de semences pour les céréales à paille

Mélanger 3 ou 4 variétés de blé par exemple peut s'avérer bénéfique d'un point de vue agronomique. Les agriculteurs produisent également leurs propres semences de céréales qu'ils re-sèment chaque année. Certains agriculteurs du groupe font désormais l'impasse sur le traitement de semences ; pour pallier à d'éventuelles pertes de levée, la densité de semis est un peu plus importante.

 

  • Le développement de la culture du méteil

La composition du méteil varie selon les exploitations mais est, en général, composé sur une base d'avoine, de triticale, de pois et de féverole. Le mélange cultural a le bénéfice agronomique de réduire et de diluer la pression parasitaire, en particulier pour les maladies fongiques. Le méteil permet aussi une très bonne couverture du sol, limitant le développement des adventices. Ainsi, des méteils dans le groupe sont conduits sans avoir recours au moindre produit phytosanitaire.

De plus, l'introduction d'un méteil fourrager est relativement intéressant au niveau du stock fourrager pour l'exploitant car il va permettre à ce dernier de pouvoir réaliser une double culture. En effet, l'agriculteur sème son méteil courant octobre et le récolte en immature courant mai et peut, derrière ce méteil, semer un maïs.

 

  •  Augmenter la teneur protéique des fourrages

Le méteil, par le fait d'être composé de protéagineux et de légumineuses, est un apport protéique pour la ration alimentaire des bovins. En effet, certaines analyses de méteils dans le groupe ont montré que ces derniers étaient à environ 16 à 17% de protéines.

Une autre association est également testé dans le but d'augmenter la teneur en protéines : il s'agit du maïs avec du lablab, une légumineuse tropicale, rampante, se servant du maïs comme tuteur.

Cette association sera re-testée cette campagne, en augmentant la densité de lablab, pour essayer d'augmenter d'une façon plus significative le taux de MAT du fourrage.

 

  • Travailler avec des couverts végétaux d'interculture, tout en réduisant au maximum le travail du sol

La couverture du sol est une notion très importante pour les agriculteurs du groupe et respectée par ces derniers. Ainsi, entre deux cultures dites principale, des couverts d'interculture ou des "couverts agri-faune" sont implantés. La couverture du sol en interculture, en plus d'être bénéfique pour la structure du sol et le recyclage des éléments nutritifs entre autres, est également une solution pour lutter contre les adventices et les ravageurs, à l''échelle du système de culture.

La réduction du travail du sol est un objectif agronomique du groupe pour préserver le sol et son potentiel mais est également vu comme une manière de se simplifier le travail et d'en réduire le coût, en diminuant fortement les charges de mécanisation. Par exemple, un semis direct de blé dans de la luzerne de 3 ans a été testé.

 

  • Travailler avec des solutions naturelles et des produits de biocontrôle pour réduire la partie fongicide sur les céréales à paille

Différentes stratégies de protections fongiques sont testées dans le but de diminuer au maximum la part des fongicides. Ainsi, un essai a été mis en place avec plusieurs modalités qui sont comparées jusqu'au rendement. Des produits de biocontrôle à base de soufre, d'algues ou d'oligo-éléments sont testés seuls, en complément ou en mélange avec une dose réduite de fongicide. Ces différentes modalités sont comparées à un témoin non traité et à "deux modalités de référence locale" (2 mi-doses préco de fongi en T1 et en T2 / fongi dose préco en T2).

L'objectif de cet essai est de diminuer l'IFT Fongicide, tout en conservant une bonne rentabilité technico-économique de la culture.

 

Résultats du groupe 

Evolution de l'IFT médian, mini et maxi des nouveaux agriculteurs du groupeEvolution de l'IFT médian, maxi et mini des agriculteurs présents dans le groupe depuis 2011

 

-

 

 

 

 

 

Témoignage de la structure :

'Accompagner un groupe DEPHY permet à la Chambre d'Agriculture d'acquérir des références pour aider les agriculteurs à améliorer leurs pratiques n matière d'utilisation des produits phytosanitaires.
Le suivi d'un groupe permet également d'évaluer le niveau d'utilisation des produits phytosanitaires dans nos systèmes de polyculture-élevage et communiquer sur l'intérêt de ces systèmes pour réduire les intrants.
Cette démarche permet de répondre aux attentes sociétales et aux objectifs du plan Ecophyto, tout en assurant le maintien de l'autonomie des systèmes en polyculture-élevage.' Philippe DUCOURTHIAL, Responsable du pôle Agronomie - Environnement et Référent Ecophyto à la Chambre d'Agriculture de la Creuse                       

                                                                                                      

Autres infos

Le groupe a terminé 2e du concours agri.mouv organisé par l'APCA et la FDGEDA.

Ce concours avait pour but de promouvoir et de valoriser ce que font les différents collectifs d'agriculteurs.

La vidéo, une interview de Jean-Marc LAROSE (responsable des productions végétales au lycée agricole d'Ahun), présente les différents leviers agronomiques utilisés par l'exploitation du lycée et dans le groupe DEPHY plus en général, pour réduire les phytos et maintenir l'autonomie fourragère.

https://youtu.be/-DMQLHBkXsA

 

Suivez-nous sur
Contact
contact
Benoît THIRET
Ingénieur Réseau DEPHY - Chambre d'agriculture de la Creuse
06 60 57 18 46