Projet Taupins

Cultures légumières
Légumes fruits - Cucurbitacées
Légumes tubercules
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Maïs doux ou Pop-corn
Maïs grain / Sorgho
Pomme de terre
Année de publication 2015
  (mis à jour le 05 nov 2020)
Source :  EcophytoPIC - Plateforme de la R&D Agricole
Réferences : 
Projet CASDAR (2011-2014)
Projet "Protection des cultures contre les attaques de taupins"

Protection des cultures contres les attaques de taupins : Prévision des risques et élaboration de nouvelles techniques de lutte

Appel à projet MAA - CASDAR Innovation et Partenariat 2011


Depuis 10 ans environ, une recrudescence des dégâts de taupins est constatée sur de nombreuses cultures. Cette augmentation peut être la conséquence pour partie du changement de stratégie de la protection des cultures, de l’évolution des techniques culturales ou du développement des populations de l’espèce de taupin Agriotes sordidus, à cycle biologique plus court que celui des espèces traditionnellement nuisibles dans notre pays (A. lineatus, A. sputator, A. obscurus). Il est aujourd’hui nécessaire de repenser les stratégies de protection des cultures contre les taupins tout en diminuant l’utilisation de produits phytopharmaceutiques.

Cela nécessite :

  • d’améliorer la prévision du risque d’attaque par les taupins à l’échelle de la parcelle en tenant compte de la sensibilité des cultures et de la biologie du ravageur. Une typologie des zones et des pratiques à risques sera réalisée à partir de l’analyse de données existantes et autres données qui devront être acquises dans le cadre d’enquêtes parcellaires pluriannuelles. Une finalité sera la représentation hiérarchisée des risques taupins par culture en fonction des caractéristiques agronomiques et pédoclimatiques des parcelles ainsi que des cultures qui s’y succèdent. L’influence de l’environnement paysager de la parcelle sera également étudiée.
  • d’élaborer de nouvelles techniques de protection visant l’assainissement progressif des populations au sein de la parcelle grâce à la diminution du stock larvaire. Les intérêts de substances (extraits végétaux, appâts) ou organismes vivants (champignons ou nématodes entomopathogènes) seront également évalués soit pour protéger efficacement les cultures, soit pour contribuer à l’abaissement du niveau de population larvaire dans le sol, et donc diminuer indirectement le risque de nuisibilité. Cela nécessite l’acquisition en parallèle de connaissances concernant la biologie de ces espèces (durée de développement larvaire, situations pédoclimatiques favorables à l’installation et à l’accroissement des populations, pouvoir de dispersion des adultes…) et leur éthologie (larves et adultes).

Thèmes abordés : prévision des risques, taupins, techniques de lutte, travail du sol, cultures intermédiaires, piégeage, biocontrôle, micro-organismes, répulsifs, attractifs

Organisme chef de file : ARVALIS Institut du Végétal

Partenaires : ACTA, CTIFL, Entomo-Remedium, FN3PT, ITB Institut Technique de la Betterave, Legta Pau-Montardon, UMR 1331 DGIMI

Montant prévisionnel financé : 498 390€