Virus émergent de la tomate (ToBRFV) : dispositif national de prévention, surveillance et lutte

Légumes fruits - Solanacées
Année de publication 2020
  (mis à jour le 03 avr 2020)
Source :  Site Alim'agri
Réferences : 
Articles publiés en février et mars 2020
Virus ToBRFV

Détecté pour la première fois en Europe en 2018, le « virus du fruit rugueux de la tomate brune » (ToBRFV) est dangereux pour les plantes potagères, en particulier les tomates et les poivrons. Il n’a aucun impact pour l’homme.

Fil d'actualités :

  • La détection le 17 février d’un premier foyer de virus ToBRFV dans une exploitation de production de tomates sous serre du Finistère a entraîné la mise en œuvre immédiate de mesures d’urgence visant à empêcher une éventuelle dissémination du virus. Des résultats d’analyse sont encore attendus dans le cadre de l’enquête épidémiologique en cours. Compte tenu du risque d’introduction élevé du virus en France et de la menace qu’il représente pour nos productions (avis de l’Anses du 14 janvier), un arrêté du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, publié le 13 mars 2020 au Journal officiel, fixe à l’échelle nationale les mesures obligatoires de prévention, de surveillance et de lutte contre le virus pour les professionnels. > Lire l'article du 13/03/2020
  • A consulter : Le site Alim'Agris propose une foire aux questions sur ce virus de la tomate. > Lire l'article du 20/02/2020
  • Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation a confirmé, le 17 février au soir, la contamination de tomates en serre par le virus ToBRFV dans une exploitation du Finistère. Cette exploitation a été confinée dans l'attente de la destruction des végétaux et de la désinfection du site. Ce virus détecté pour la première fois en France n’a pas d'impact sur l’homme. > Lire l'article du 18/02/20
  • Afin de protéger le territoire français de l’introduction d’un virus dangereux pour les plantes potagères, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation met en place une surveillance renforcée sur l’ensemble du territoire. Ce virus n’a pas d‘impact sur l’homme. Au 6 février 2020, aucune plante contaminée n’avait été décelée en France. > Lire le communiqué du 06/02/20