Confusion sexuelle

Arboriculture
Cultures légumières
Vigne
Année de publication 2018
  (mis à jour le 09 avr 2020)
Source :  EcophytoPIC
Auteur :  F.Berger et Ph.Delval
Réferences : 
Levier PIC "Produits de biocontrôle"
Confusion sexuelle

La confusion sexuelle est une méthode perturbatrice de la reproduction d'insectes ravageurs, principalement des lépidoptères. Cette méthode repose sur la diffusion au sein des parcelles de molécules de synthèse analogues aux phéromones sexuelles émises par les femelles pour attirer les mâles.

En période d’accouplement, ces derniers se trouvent désorientés par ces signaux et rendus incapables de localiser les femelles par saturation du milieu en phéromones larguées régulièrement. Ceci empêche ainsi la multiplication des ravageurs ciblés dans les parcelles où cette méthode est appliquée.

Les phéromones sont en général contenues dans des diffuseurs répartis au sein des parcelles mais peuvent également être placées à l’intérieur de "puffers" qui diffusent les phéromones ou dans des "cabanes" dans lesquelles les mâles sont attirés et en ressortent recouverts de phéromones femelles. Dans ce cas, ils vont non seulement être désorientés par les phéromones qu’ils portent mais également jouer eux-mêmes le rôle de diffuseurs par le biais de leurs déplacements dans les parcelles.

Très spécifique, la confusion sexuelle n’affecte pas l’entomofaune auxiliaire. Il est à noter que certains diffuseurs associent plusieurs phéromones de façon à pouvoir contrôler plusieurs ravageurs à la fois (ex : carpocapse et tordeuse orientale sur pommier et poirier).

La mise en œuvre de la confusion sexuelle nécessite :

  • une superficie minimum d’application (5à 10ha) ;
  • une collaboration entre agriculteurs propriétaires de parcelles voisines ;
  • un environnement favorable : parcelles non situées à proximité de sources lumineuses (celles-ci attirent les insectes), non situées en zones ventées (dissipation des phéromones), et éloignées de foyers de contamination (car alors des femelles déjà fécondées pourraient venir pondre dans les parcelles menées en confusion sexuelle) ;
  • une protection renforcée des bordures et une surveillance régulière des populations (piégeages, inspection des fruits).

De plus, cette technique ne montre pleinement son efficacité que lorsque les pressions de ravageurs ne sont pas trop importantes. En effet, dans les situations de fortes pressions le nombre d’individus est alors tel que les mâles, même s’ils se déplacent au hasard, vont tout de même rencontrer des femelles. Notamment, si l’infestation a été forte l’année précédente, il est plus que recommandé de traiter biologiquement ou chimiquement avant de mettre en place une confusion sexuelle.

Enfin, dans les régions soumises à des traitements insecticides obligatoires (cicadelle de la flavescence dorée) ou lorsque la présence d’un autre ravageur rend nécessaire un traitement insecticide qui va dans le même temps contrôler les cibles de la confusion sexuelle, la mise en œuvre de cette technique est bien sûr moins intéressante, d’autant plus qu’elle reste à l’heure actuelle plus coûteuse qu’une protection classique.