Guide ECOPHYTO Tropical - Conception de systèmes de cultures tropicaux économes en produits phytopharmaceutiques

Cultures tropicales
Année de publication 2015
  (mis à jour le 10 fév 2021)
Source :  Site web COSAQ CIRAD Réunion
Auteur :  Coordinateurs : Laura BRUCHON et Fabrice LE BELLEC (CIRAD, Réunion) / Multipartenaires
Réferences : 
Novembre 2015
guide conception tropicaux

Guide pratique de conception de systèmes de cultures tropicaux économes en produits phytosanitaires

Le but de ce guide est d’aider à la réflexion sur l’emploi de techniques alternatives et complémentaires à l’utilisation de ces produits, dans des systèmes de culture en contexte tropical dans les DOM ainsi que de proposer des solutions concrètes aidant à la construction de systèmes économes en ces produits. Pour cela, le guide propose de mettre en œuvre  une méthode de conception de systèmes de culture économes en pro­duits phytosanitaires inspirée de celles développées dans les autres guides publiés avec ces mêmes objectifs (guides polyculture « STEPHY », viticulture « CEPVITI », cultures légumières et arboriculture fruitière). Cette méthode est générique et peut s’appliquer aux principales cultures des DOM : canne à sucre, banane, ananas, cultures fruitières pérennes (notamment agrumes et mangue), espèces maraîchères* et espèces vivrières (racines et tubercules).

Le Guide Tropical s’adresse à des binômes agriculteur/conseiller, apprenant/formateur et éventuellement agriculteur/apprenant lesquels seront amenés à réfléchir ensemble pour :

  • faire un diagnostic du système initial ;
  • rechercher des solutions d’amélioration ;
  • évaluer les performances de ces solutions ;
  • évaluer l’adéquation de ces solutions avec le système de production.

Le Guide Tropical comporte trois parties (accès au guide complet). La première resitue les objectifs de la protection des cultures dans le cadre d’une démarche intégrée en général puis, spécifiquement, dans le contexte des DOM. Enfin, au fil des pages, vous découvrirez des portraits d’agriculteurs des DOM ayant mis en œuvre une ou plusieurs des techniques alternatives détaillées dans le guide. La seconde partie présente la méthode de conception de systèmes de culture économes en produits phytosanitaires. La dernière partie propose des outils d’accompagnement de la méthode, à savoir :

  1. Un ensemble de fiches techniques détaillant les caractéristiques des solutions alternatives disponibles pour la construction de systèmes plus économes ou pour les évaluer ;
  2. Des fiches supports à remplir pour appuyer les différentes étapes de la conception des nouveaux systèmes ;
  3. Des fiches aide apportant des informations utiles pour aider au choix des leviers ou pour aider à remplir les fiches supports ;
  4. Des fiches outils présentant le fonctionnement d’outils qui ont été utilisés au cours de l’élaboration de la méthode ou auxquels l’utilisateur peut se référer lors de la mise en place des techniques alternatives.
Fiches techniques

Ces dispositifs visent les ravageurs aériens : mouches des fruits, mouches des légumes, aleurodes, thrips, pucerons, thécla… mais aussi les oiseaux, les chauves-souris frugivores et certains champignons.
Exemples décrits : utilisation de filets sur jujubier pour lutter contre la mouche du jujubier (Carpomya vesuviana) ; utilisation de filets anti-insectes en maraîchage sous abri ; ensachage des fruits / gainage des régimes de bananes ; utilisation de filets anti-insectes pour lutter contre la maladie des taches brunes (noires) de l’ananas en plein champ.

Cette technique introduit des plantes de service dans le système de culture (en rotation ou en association culturale) non hôtes des bioagresseurs cibles et/ou ayant la propriété de réduire le développement de certaines maladies ou de certains ravageurs telluriques et vise les nématodes, symphyles, flétrissement bactérien (Ralstonia solanacearum) et les adventices (par compétition pour la lumière ou par effet allélopathique).
Exemples décrits : Jachère assainissante de Brachiaria decumbens en bananeraies pour lutter contre les nématodes (technique bien adaptée aux grandes exploitations mécanisables de plaine) ; Jachères de plantes à propriétés allélopathiques : les crotalaires (Crotalaria juncea, C. spectabilis, C. retusa) en bananeraies contre les nématodes ; Utilisation d’oignon-pays cv. ciboule blanche (Allium fistulosum) pour lutter contre le flétrissement bactérien de la tomate.

Cette technique vise les ravageurs telluriques (nématodes, etc.), les maladies telluriques fongiques et bactériennes (flétrissement bactérien des solanacées, etc.) et dans une moindre mesure contre les adventices.

Exemples décrits : Comparaison de différents modes de désherbages mécaniques en maraîchage ; désherbage thermique en maraîchage.

Elle vise les adventices en priorité, mais aussi les ravageurs (oeufs et larves de vers blancs, taupins, mouches des semis) et les maladies (rhizoctone, pythium, phytophthora) par l’exposition aux rayons du soleil. Elle décrit 3 exemples d’utilisation en canne à sucre, maraîchage et riziculture en Guyane.

Exemples décrits : Entretien de la flore spontanée et/ou semée en vergers par des volailles ; Introduction de plantes de service en bananeraies.

Exemples décrits : gestion de l’eau ; gestion de la fertilisation minérale (azote, phosphore et potassium) ; fertilisation organique et les engrais verts ; gestion des apports organiques.

Elle vise certains ravageurs aériens (pucerons, acariens, aleurodes, foreurs (borer)) et certains ravageurs telluriques (charançon des agrumes).
Exemples décrits : utilisation des micro-hyménoptères parasitoïdes Encarsia formosa et Eretmocerus eremicus contre les aleurodes (Bemisia tabaci et Trialeurodes vaporariorum) de la tomate sous abri ; utilisation des nématodes Heterorhabditis indica contre le charançon des agrumes Diaprepes spp.

Elle vise divers ravageurs aériens (cochenilles, pucerons, aleurodes, acariens, etc.).
Exemple décrit : Introduction de bandes de sorgho et de maïs dans une parcelle de maraîchage pour réguler les pucerons Aphis gossypii

Exemples décrits : Utilisation de petit matériel manuel bas volume et ultra bas volume en bananeraies ; Optimisation de l’utilisation des herbicides sur canne à sucre ; Conditions d’application des traitements chimiques ; Choix de la substance active par rapport à la cible ; Choix de la substance active par rapport à son risque de transfert vers l’environnement ; Réalisation de traitements localisés.

Elle vise un grand nombre de bio-agresseurs : l’ensemble des adventices, certains champignons pathogènes grâce à un microclimat moins propice à leur développement, le développement de certaines maladies mais aussi la cécidomyie des fleurs du manguier si le paillage est installé avant la floraison des manguiers.
Exemples décrits : Paillis post-récolte de la canne à sucre ; Épaillage (Réunion) ou dépaillage (Antilles) de la canne à sucre ; Bois Raméal Fragmenté (BRF) ; Paillages manufacturés.

Cette technique vise certains ravageurs aériens comme les mouches des fruits et les mouches des légumes, les thrips, les scolytes des baies du caféier.
Exemples décrits : piégeage des mouches des fruits Ceratitis capitata et C. rosa en vergers ; piégeage des mouches des cucurbitacées Bactrocera cucurbitae et Dacus demmerezi.

Techniques décrites : Préparation de la parcelle ; Élimination précoce des sources d’inoculum ; Entretien des arbres fruitiers ; Nettoyage et désinfection du réseau d’irrigation goutte à goutte ; Nettoyage et désinfection du matériel de travail ; Nettoyage et désinfection des abris et serres ; Réduction de la dissémination de graines d’adventices lors des opérations de récolte mécanique de la canne à sucre ; Ordre de plantation des parcelles

Exemples décrits : Bordures de maïs attirant la noctuelle de la tomate (Helicoverpa zea) ; Bordures de maïs attirant les mouches des cucurbitacées de plein champ ; Bordures d’Erianthus arundinaceus attirant le foreur des tiges de la canne à sucre, etc.

Cette technique vise les Nématodes, insectes (foreur de la tige de la canne, fourmis manioc), virus (TYLCV, PYMV, virus de la tristeza des agrumes, OYDV, virus du bananier comme BBTV, BBrMV, CMV…), bactéries (responsables du flétrissement bactérien des solanacées, de la bactériose et de la maladie des taches noires du manguier, du Huanglongbing ou greening des agrumes…), champignons (responsables de l’anthracnose, du rhizoctone brun, Phytophthora sp., Curvularia, etc.).
Exemples décrits : Utilisation de plants ou de semences certifiés ; Utilisation de variétés adaptées ; Associations de variétés et de porte-greffes ; Utilisation de vitroplants ; méthode PIF (Plants Issus de Fragments de tiges).

Exemples décrits : Olpidium, Sclerotinia, Rhizoctonia et Pythium sur salade; Pythium sur gingembre; Sclerotinia et Rhizoctonia sur melon. Fusarium solani sur courgette. Sclerotium sur igname. Et la bactérie Ralstonia solanacearum sur les solanacées. La technique peut permettre de maîtriser aussi des adventices (sauf celles à multiplication végétative) et dans certains cas, les nématodes en maraîchage et ananas.

Sont regroupés sous le terme « biopesticides » les bactéries, les spores de champignons, les produits issus du métabolisme de ces organismes et les produits de biosynthèse. Les produits alternatifs sont par exemple les huiles essentielles et les huiles minérales ou bien le kaolin. Cette technique ne contribue  pas toujours à la baisse de l’utilisation de produits mais elle permet souvent d’en utiliser des moins dangereux pour la santé ou l’environnement.
Exemples décrits : Utilisation de Bacillus thuringiensis pour lutter contre les chenilles défoliatrices de la tomate et du chou ; Utilisation d’huile essentielle d’orange douce comme insecticide et fongicide en maraîchage sous serre et plein champ.

Exemples décrits : suivi des populations du charançon du bananier Cosmopolites sordidus avec l’utilisation de pièges à phéromones ; observation directe des populations d’aleurodes ; consultation du Bulletin de Santé du Végétal (BSV) du DOM concerné.

Témoignages / Portraits de producteurs :
  • FT N°01: le Témoignage sur culture d’Ananas à la Guyane et le Témoignage en pépinières d’Agrumes à la Réunion
  • FT N°04 : le Témoignage Désherbage Canne à Sucre à la Réunion ; le Témoignage Désherbage Canne à Sucre à la Guadeloupe et le Témoignage sur Cultures Fruitières  à la Martinique
  • FT N°06 : le Témoignage sur culture de Banane à la Martinique ; le Témoignage sur Cultures Fruitières  à la Martinique et le Témoignage sur Cultures Légumières à la Réunion
  • FT N°07 : le Témoignage sur culture de Banane à la Martinique.
  • FT N°10 : le Témoignage Désherbage Canne à Sucre à la Réunion.
  • FT N°11 : le Témoignage sur culture d’Ananas à la Guyane ; le Témoignage Désherbage Canne à Sucre à la Réunion et le Témoignage sur Cultures Vivrières  à la Martinique
  • FT N°12 : le Témoignage sur Cultures Légumières à la Réunion
  • FT N°14 : le Témoignage sur Cultures Légumières à la Réunion
  • FT N°16 : le Témoignage en pépinières d’Agrumes à la Réunion.
  • FT N°17 : le Témoignage sur Cultures Fruitières à la Martinique