L’approche système est-elle le passage obligé vers plus d’intégration ?

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Viticulture
Vigne
Année de publication 2021
  (mis à jour le 31 mar 2021)
Source :  EcophytoPIC
Auteur :  Ph. DELVAL
Réferences : 
Les petits dossiers d'EcophytoPIC n°11 - mars 2021
approche système

Les enjeux actuels agronomiques, sanitaires, environnementaux, économiques et réglementaires nous imposent de trouver des moyens pour réduire durablement la dépendance des systèmes de culture à l’usage des produits phytopharmaceutiques. Le raisonnement à court terme et à l’échelle de la parcelle par des méthodes curatives (1 problème = 1 solution), ne constitue plus une réponse durable à ces enjeux. La protection intégrée ne peut pas non plus se résumer à des solutions associant chimie et biocontrôle. Après des décennies de pratiques agricoles similaires, il devient nécessaire de repenser les pratiques.

Pour cela, l’approche système est une proposition plus adaptée. La parcelle cultivée doit retrouver sa place au cœur d’un ensemble agronomique prenant en compte toutes les dimensions de ces enjeux.

Un Agrowebinaire "L’approche système : Raisonnement global de transition agro-écologique à l’échelle de l’exploitation" a été organisé en février 2021. Vous pouvez consulter son enregistrement ci-contre.

paysage

Titre
"Système de culture" - Les mots de l'agronomie

Image
les mots de l'agronomie
Accès à l'article web
La notion de système de culture

L’agronome Michel Sebillotte a proposé, en 1990*, la définition suivante : « un système de culture est l'ensemble des modalités techniques mises en œuvre sur des parcelles cultivées de manière identique. Chaque système se définit par :

  • la nature des cultures et leur ordre de succession,
  • les itinéraires techniques appliqués à ces différentes cultures, ce qui inclut le choix des variétés. »

* Système de culture, un concept opératoire pour les agronomes. In : L. Combe et D. Picard coord., Les Systèmes de culture, Inra, Versailles, 1990, p. 165-196

A l'aube d'Ecophyto

En 2008, le directeur de recherche de l’INRA, Jean-Marc Meynard, invoque la nécessité de réinventer les systèmes de cultures.  Il justifie celle-ci par la dégradation de l’environnement et la responsabilité avérée de l’agriculture, la nécessaire compétitivité des exploitations agricoles dans un contexte mondial des échanges, l’évolution des attentes des consommateurs et de la demande des filières, une transformation profonde des relations agriculteurs et territoires. Ainsi l’innovation est obligatoire et penser et agir de manière systémique semble la meilleure des options.

paysage

Dans le cadre de l’expertise collective « Pesticides, agriculture et environnement : Réduire l'utilisation des pesticides et en limiter les impacts environnementaux » publiée en 2005, le chapitre 6 revient brièvement la proposition de systèmes de culture moins, voire non dépendants de leur utilisation.

Le concept ESR, né d’un chercheur nommé Hill, a été largement repris en protection des cultures pour développer la nécessité de faire évoluer les systèmes de cultures. Il est utilisé pour le travail des réseaux de fermes et d’expérimentation développé dans le cadre du réseau DEPHY.
 

Guides Ecophyto et réseau DEPHY

D’autres notions, telles que la diversification des agroécosystèmes, l'importance de l'écologie du paysage dans la reconceptualisation des agroécosystèmes et d’avoir pour objectif d’atteindre une agriculture intégrée, attestent l’intérêt de l’approche système pour réinventer les itinéraires techniques.

Le réseau DEPHY a largement utilisé cette démarche et propose plusieurs ressources présentant les résultats de ses travaux par filière et par région afin à la fois, de les contextualiser mais aussi de les partager au niveau inter-filière et nationalement.

Dossiers, synthèses, fiches trajectoire, fiches SCEP, focus thématiques, fiches systèmes, fiches accompagnement sont autant de documents complémentaires et utiles pour tout agriculteur, conseiller et enseignant se penchant sur l’évolution d’itinéraires techniques. Ces documents permettent de décliner des évolutions techniques tout en intégrant la notion d’accompagnement et d’aide à la mise en œuvre de nouveaux itinéraires techniques.

Les guides pour la conception des systèmes de culture plus économes en produits phytopharmaceutiques, développés entre 2013 et 2016, sont des outils qui ont permis d’initier une méthodologie de réflexion sur l’évolution des itinéraires techniques. Ils sont basés sur une approche pluridisciplinaire où le travail du conseiller est central, en 4 étapes : Diagnostic de la situation initiale,  co-conception d’un nouveau système de culture, évaluation du système de culture co-construit et discussion / amélioration du système de culture co-construit, sachant que cela peut s’imaginer dans une boucle de progrès compte tenu de l’évolution des bioagresseurs ou l’arrivée de nouveaux, et la découverte de nouvelles pratiques. 

A l’échelle européenne

Diversité de situations pédo-climatiques, agronomiques, économiques et sociales entraînent diversification des systèmes. Cette diversification impliquée à un niveau continental doit également se décliner au niveau national, régional, local. Le partage d’expérience devient central.

De nombreux projets ont testé à la fois des solutions techniques, organisationnelles et sociales. Le dernier programme en date est IPMWorks qui vient de débuter en octobre 2020. Celui-ci rassemble des partenaires de 16 pays et a pour objectif de créer un vaste réseau d’agriculteurs, de conseillers et de chercheurs testant des solutions techniques et échangeant sur les résultats et les techniques d’accompagnement.

Adaptation du métier de conseiller et des décisions des agriculteurs

C’est un changement d’échelle pour l’agriculteur et le conseiller, ce dernier ne devient plus "délivreur de solutions toutes faites" mais "aide à la réflexion". La finalité de ce travail intellectuel n’est pas de délivrer des recettes ou combinaisons gagnantes. Il s’agit de mobiliser un ensemble de techniques adaptées (leviers) à chaque situation et de les combiner de manière synergique. Ce raisonnement se construit au cas par cas, selon les moyens, les atouts, et les contraintes de chaque système initial et de l’environnement technique, économique et social de l’exploitation.

Les Ingénieurs animant les groupes d'agriculture du réseau de fermes DEPHY sont tout à fait dans cette posture.

Le conseiller anticipe le conseil de demain, change sa posture pour accompagner plus efficacement l’agriculteur vers la réduction de l’usage des phytosanitaires, grâce à de nouveaux outils. 

L’agriculteur, quant à lui, reste le décideur et la tête pensante de son système de culture, ce dernier étant amené à constamment évoluer dans le temps. Les leviers mobilisés ne sont pas et ne doivent pas être figés. L’objectif est donc de développer des stratégies alternatives de protection contre les bioagresseurs (appelés également organismes nuisibles) et qui soient durables. 

De nombreuses ressources ont été produites sur cette thématique. Le carrousel ci-dessous vous donnera accès à celles produites dans le cadre de projet CasDAR ou européen. Vous pouvez également consulter notre dossier sur les outils pour la conception de systèmes économes.

L’agriculteur et le technicien évoluent dans une démarche de prévention, qui doit être privilégiée, ayant pour but de placer les plantes cultivées dans les meilleures dispositions, afin qu’elles puissent résister au mieux à l’ensemble de leurs bioagresseurs. 

C’est ainsi que l’approche systémique et la protection intégrée des cultures sont intimement liées.