Plantes pièges

Cultures tropicales
Horticulture – PPAM
Année de publication 2018
  (mis à jour le 03 déc 2019)
Source : 
EcophytoPIC
Auteur :  F.BERGER & Ph.DELVAL
Plantes pièges

L’intérêt des plantes-pièges est d’empêcher un ennemi des cultures de se conserver et donc de poursuivre son cycle ou d’empêcher l’attaque de cet ennemi.

On peut alors distinguer deux types de plantes-pièges dont le facteur principal d’efficacité est l’attractivité :

  • plantes sensibles qui seront détruites ce qui conduira également à la destruction de l’ennemi ;
  • plantes résistantes qui auront un effet direct néfaste sur l’ennemi par émission de toxines, par réaction hypersensible (auto-destruction) ou par reprise du cycle sans possibilité d’alimentation pour l’ennemi concerné.

 

 

On peut citer les exemples d'utilisation de plantes pièges dans les cultures suivantes :

  • betterave et pomme de terre contre les nématodes ;
  • colza contre les méligèthes et les orobanches ;
  • plantes ornementales contre les thrips.

 

 

La bonne gestion des plantes pièges est impérative notamment en matière de destruction de celles-ci. En effet, un risque de développement du bio-agresseur reste important si la gestion de la plante piège n’est pas bien réalisée.