Surveillance et évaluation des risques – vigilance à toutes les échelles

Arboriculture
Cultures légumières
Cultures tropicales
Grandes cultures / Polyculture-élevage
Horticulture – PPAM
Vigne
Année de publication 2020
  (mis à jour le 22 juin 2020)
Source :  EcophytoPIC
Auteur :  Ph.Delval
Réferences : 
Les petits dossiers d'EcophytoPIC n°6 - juin 2020
vue globale

Le second principe de la protection intégrée est définit dans la Directive 2009/128/CE comme suit « Les organismes nuisibles doivent être surveillés par des méthodes et instruments appropriés, lorsqu’ils sont disponibles. Ces méthodes devraient inclure des observations sur le terrain ainsi que, lorsque c’est possible, des systèmes d’alerte, de prévision et de diagnostic rapide, qui s’appuient sur des bases scientifiques solides, ainsi que des conseils émanant de conseillers professionnels qualifiés. »

EcophytoPIC vous propose deux articles « Leviers PIC - Surveillance et évaluation des risques à l'échelle... » intégrant les différentes méthodes et outils utilisables depuis la parcelle jusqu’au niveau national. L’ensemble doit se compléter et se combiner afin que le diagnostic et l’évaluation des risques vis-à-vis des bioagresseurs d’une culture ou d’un système soient le mieux appréciés.

A l'échelle macro

A l’échelle nationale ou du territoire, l’objectif est de rassembler l’information sur l’arrivée, la propagation et le développement de bioagresseurs et de la faune utile. Différents outils sont à disposition pour cela avec une échelle de temps qui sera variable. 

La plateforme d’épidémiosurveillance (ESV), créée récemment, a pour rôles la surveillance officielle des organismes nuisibles réglementés ou émergents, la rédaction de bilans sanitaires sur différentes cultures, une veille sanitaire internationale et enfin, la surveillance particulière d’organismes en expansion tels que Xylella fastidiosa, le nématode du pin ou le dépérissement du vignoble. Un site web est désormais disponible pour diffuser toutes ces informations.

Le ministère de l’agriculture et EcophytoPIC relaient l’information produite afin de permettre une meilleure diffusion de celle-ci. Trois exemples sont fournis dans le carrousel ci-dessous.

Des notes communes et des dossiers

En début de saison, les notes communes peuvent aider à préparer la campagne. Celles-ci sont de plusieurs ordres : 

  • Des notes sur l’état des lieux des résistances des bioagresseurs aux produits de lutte, comme nous l’avons vu dans notre précédent dossier sur la gestion des résistances. 
  • D’autres sont destinées à faire le point sur un nouveau bioagresseur ou un bioagresseur en expansion. Ainsi, plusieurs notes intéressant l’horticulture sont sorties ces dernières années : Scarabée japonais [2017], Maladie des milles chancres du noyer et son scolyte vecteur [2017] et  Cylindrocladium & Pyrale du buis [2014].
  • Certaines notes communes permettent également de faire connaitre de nouveaux ravageurs tels que Drosophila suzukii et la mineuse Tuta absoluta.

Concernant des bioagresseurs émergents tels que le virus ToBRFV de la tomate, le ministère de l’agriculture prépare des dossiers que nous relayons également.

Tous ces éléments en accès dans le carrousel ci-contre.


Des bulletins hebdomadaires

Avec une cadence plus resserrée, souvent hebdomadaire, les bulletins de santé du végétal ou BSV sont une source d’information actualisée sur la pression parasitaire. Ils peuvent être également des outils de connaissance et de reconnaissance de bioagresseurs et d’auxiliaires étant donné présence de photos et de description des cycles. EcophytoPIC vous offre désormais une base de recherche dans laquelle sont classées les 151 éditions des bulletins agricoles produits sur l’ensemble du territoire comprenant la métropole et l’outre-mer. Une recherche avancée par filière, culture, région et territoire est possible afin d’avoir accès à une ou plusieurs éditions intéressant l’utilisateur.

A l’échelle de l’exploitation et de la parcelle

L'article EcophytoPIC ci-contre vous guide vers des ressources appropriées pour l’utilisateur voulant mettre en œuvre le second principe de la protection intégrée des cultures. Des informations pratiques concernant les outils de reconnaissance, de diagnostic, de détection et de dénombrement sont fournies pour les utilisateurs.

Concernant la surveillance, l’article "Estimation des populations de bioagresseurs" présente plusieurs outils de piégeage ou de suivi utilisables par un agriculteur ou un conseiller. En matière de diagnostic l’article "Outils de diagnostic et de détection" vous guide vers des fiches méthodes produites dans le cadre du RMT VégDiag. Ces fiches concernent les principales méthodes de diagnostic et de détection utilisées par les organismes œuvrant en santé végétale et ont pour ambition de décrire les nombreuses techniques employées, leurs principaux usages, les protocoles à suivre pour les prélèvements et leurs différents avantages. Enfin, les OAD ont une place importante dans ce dispositif avec un emploi de plus en plus ciblé au niveau de l’agriculteur même si le conseiller les ont, bien sûr, à disposition.
 

Ces articles peuvent être complétés par l'article "Observations de terrain..." et les thématiques en lien ci-contre, vous guidant vers d’autres ressources présentes dans EcophytoPIC.

Thématique "Surveillance des bioagresseurs"
Thématique "Identification et diagnostic"
Une base EcophytoPIC dédiée à la reconnaissance

Pour compléter, en matière de reconnaissance des bioagresseurs mais aussi des auxiliaires et des accidents, EcophytoPIC a rassemblé un grand nombre d’informations au sein d’une base dédiée appelée « Base ABAA ». Elle vous permet d’accéder à ces ressources grâce à un index alphabétique et à des filtres filière/cultures et classification. Pour exemple, vous pouvez avoir accès à l'ensemble des maladies de la vigne.

La place des auxiliaires des cultures

Pour terminer, deux articles vous permettent d’axer vos observations sur les auxiliaires et leur pouvoir de régulation. Ils vous guident vers des outils développés dans le cadre de différents programmes et rassemblés par le RMT Biodiversité et Agriculture.

conclusion surveillance

Vous avez désormais une palette d’informations et de ressources qui vous permettront d’appliquer le second principe de la protection intégrée et ainsi mieux anticiper le suivi des cultures.